Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 07:08

Algérie - Conférence de presse de Rabah Saâdane : « On ne sera pas prêts pour la Tanzanie »

saadane 3

 

En prévision de la joute amicale, qui opposera demain soir au stade du 5-Juillet, les Verts à leurs homologues du Gabon, le sélectionneur national, Rabah Saâdane, a animé hier matin au centre de presse du complexe Mohamed Boudiaf, un point de presse où il a survolé l’actualité de l’équipe nationale à moins d’un mois du début des éliminatoires de la CAN 2012 et de ce premier match face à la Tanzanie.

Accompagné de son adjoint et bras droit, Zoheïr Djelloul, Rabah Saâdane abordera plusieurs points inhérents à la sélection avant de répondre aux questions des journalistes, moins nombreux que d’habitude à couvrir les sorties médiatiques du sélectionneur national. D’emblée, Rabah Saâdane a déclaré que l’objectif qui lui a été assigné en prolongeant son aventure avec les Verts est « de se qualifier pour la prochaine CAN », tout en précisant : « On n’est pas encore qualifiés. La CAN de l’Angola et le Mondial sont terminés et il faudra remettre les pieds sur terre. C’est pour cela qu’il sera question de préparer l’équipe sur tous les plans, et notamment sur le plan psychologique. Ça ne sera pas facile de se qualifier dans notre groupe, avec l’Algérie qui est désormais l’équipe à battre. Et ce match face au Gabon sera l’occasion de préparer la Tanzanie et de faire une revue générale des effectifs », annoncera Rabah Saâdane.

Pour ce qui est de ce stage qui sera ponctué par le match face au Gabon, le coach des Verts notera qu’il s’agit surtout « d’évaluer l’état des joueurs, aussi bien sur le plan médical et de la préparation en cette période d’intersaison », notera Saâdane, qui mettra en exergue la difficulté de se préparer en cette période « le mois de septembre a toujours été délicat pour l’Algérie, aussi bien pour la sélection que pour les clubs. On est en pleine période transitoire et ce n’est pas facile de se préparer et d’être prêts », et d’annoncer : « Dans ces conditions, on ne sera pas totalement prêts le 3 septembre prochain face à une excellente Tanzanie. » Il a rappelé que les victoires acquises contre la Zambie en déplacement et face à l’Egypte au match aller, l’ont été en fin de saison dernière, pour justifier son appréhension. Rabah Saâdane ne manquera pas par la suite de justifier sa décision de poursuivre son aventure à la tête de la sélection. « J’avais décidé de quitter l’EN, mais la responsabilité m’incombait de ne pas dire non, en cette période de transition », explique Saâdane. Après une longue introduction, Rabah Saâdane sera confronté aux questions des journalistes, et comme à son habitude, il éludera certaines des interrogations des gens de la presse.

Saâdane évasif

C’est ainsi que le sélectionneur national sera très évasif au sujet du renforcement de son staff. « Nous avons décidé, avec le président de la Fédération, de réorganiser et d’étoffer le staff. Un organigramme est en préparation à cet effet, et c’est à la FAF de le communiquer. On va prendre notre temps pour faire les choix judicieux. Je ne veux pas trop parler du sujet et je préfère ne parler de renfort qu’au moment opportun, et si la nécessité l’exige, en prenant soin de faire les choix qui s’imposent », dira laconiquement Saâdane, qui semble ne pas être sur la même longueur que la FAF, qui avait annoncé le renfort imminent du staff. Le coach national parlera par la suite du retour de Ziaya et de l’éviction de Chaouchi. « Ziaya n’était pas bien moralement avant le Mondial. Actuellement il est bien prêt et en plus, on cherche des joueurs attaquants. Pour Chaouchi, son éviction n’a rien à voir avec sa bavure face à la Slovénie. C’est d’ordre disciplinaire, car on ne lui reproche rien sur le plan technique, lui qui est pétri de qualités. Malheureusement, il faut qu’il apprenne et qu’il mûrisse, tout en changeant de comportement. Mais une chose est sûre, on ne l’a jamais lésé », se justifie Rabah Saâdane, qui profitera de l’occasion pour expliquer que le problème est celui du football national, que l’EN de par ses résultats, cache les véritables problèmes du football national.

Toujours sur le plan effectif, le coach national restera aussi évasif au sujet d’un éventuel renfort avec des Franco-Algériens, à l’image de Feghouli, Brahimi et autre Tafer. Sans citer leur nom, ni même préciser s’il les a contactés au non, Rabah Saâdane se contentera de dire : « C’est un dossier qu’il faut gérer intelligemment en prenant en compte plusieurs aspects, dont la motivation et des joueurs et de leurs familles, mais aussi les relations entre les deux pays. » Et de poursuivre : « Nous allons toutefois poursuivre la même politique, mais on ne pourra parler de renfort qu’après le match de la Tanzanie. » Saâdane précise que le problème de l’attaque et de l’absence d’un arrière droit de métier « est un problème qui n’a pas de solution, mais on espère bien le régler dans les prochains mois ». Il conclut son intervention en lançant un appel aux fans « de venir nombreux et de rester toujours fidèles à la sélection, sans trop se soucier du résultat du match de demain face au Gabon, qui reste un match amical. On n’est qu’en début de saison et on a besoin du soutien de notre public ».

Source El Watan Djedjiga Rahmani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires