Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:29

Saïd Sadi : “Le pouvoir joue l’usure, nous jouerons la durée”

Said Sadi-copie-1

 

“Les cités universitaires sont encerclées, les trains sont interdits d’accès à la capitale. Ce n’est plus une opération de police, c’est un acte de guerre”, a dénoncé le président du RCD.

Encore une fois, ce qui devait être une marche pacifique à l’appel d’une aile de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie s’est heurté à un impressionnant déploiement des forces de sécurité. Et, encore une fois, les autorités n’ont pas omis de battre le rappel des troupes de maintien de l’ordre, aidées pour la circonstance par quelques “perturbateurs”, une trentaine environ, bien protégés, que certains affublent déjà du vocable peu flatteur “d’apprentis-baltaguis”, du nom des casseurs de manifs en Égypte. Pourtant, lorsque les autorités avaient annoncé en grande pompe, il y a quelques jours, la levée de l’état d’urgence, on croyait, candidement sans doute, qu’on n’assisterait pas à un remake des scénarios des marches interdites précédentes. Mais c’est compter sans la volonté d’un pouvoir décidé à maintenir Alger sous un régime d’exception.

Commentaire de Saïd Sadi, président du RCD ; “La levée de l’état d’urgence pour Monsieur Bouteflika signifie l’état de siège.”

Arrivé vers 10 heures pour rejoindre le groupe de manifestants qui commençait à se former, Saïd Sadi sera très vite encerclé par une escouade de policiers. Un député, le Dr Khendek, qui tente de le protéger, recevra quelques coups de matraque. Alors que les manifestants tentent de forcer la colonne de policiers dressés en rempart, Sadi se dresse sur le capot d’un véhicule de police, les doigts en forme du V de la “victoire”. Un geste de trop et un crime de lèse-majesté pour la police. Il sera très vite “arraché” et repoussé vers des escaliers en contrebas du Front de mer.

“Je crois que certains responsables algériens ont oublié d’engager la guerre contre les ennemis du pays, ils veulent avoir leur grade contre les citoyens. Le régime se trompe”, déclare-t-il aux journalistes présents sur les lieux.

“Eux, ce sont des prédateurs, nous sommes des militants. Il joue (le régime, ndlr) l’usure, nous jouerons la durée”, ajoute-t-il, avant de lancer en guise de défi qu’il n’est pas prêt à abdiquer. “Nous serons ici autant de fois qu’il faudra jusqu’à ce que le peuple algérien puisse marcher librement dans son pays et faire en sorte à ce qu’il puisse choisir librement et démocratiquement ses dirigeants.” À ceux qui spéculent sur le niveau de mobilisation, il répond : “Vous voyez vous-mêmes, la mobilisation est là. Il y a des gens qui sont bloqués un peu partout (…) Qu’on ne nous dise pas que les jeunes refusent de se mobiliser. Au moment où je vous parle, les cités universitaires sont encerclées, les trains sont interdits d’accès à la capitale. Ce n’est plus une opération de police, c’est un acte de guerre.” “Vous savez, c’est un général de l’armée qui est à la tête de la police”, ironise-t-il. Alors qu’il est rejoint quelques moments plus tard par le président d’honneur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, Saïd Sadi continue sa charge contre le régime. Selon lui, le déploiement de la police est révélateur du degré de panique qui a happé le régime. “Monsieur Bouteflika prétend avoir 90% des suffrages du peuple algérien, de quoi a-t-il peur du moment qu’il prétend que l’opposition est minoritaire dans ce pays ? Il est non seulement pathétique, mais ridicule. C’est un despote qui gère maintenant une voyoucratie, je pèse mes mots. Les Algériens ne se sont pas sacrifiés pour voir la répression et ces horreurs 50 ans après l’Indépendance. C’est un régime paniqué, déstabilisé et discrédité”, clame-t-il. Mais il n’y a pas que le président de la République qui  en prendra pour son grade.

“Il y a ceux qui ont choisi de donner un écho à Monsieur Mehri qui propose, et on peut le comprendre, que le changement doit se faire à l’intérieur du régime et la coordination qui s’est constituée pour revendiquer un changement du système politique, mais pas pour participer à la rotation des clans qui se disputent le pouvoir. La coordination continuera à travailler sur la base de ses missions”, dit-il en allusion au récent appel de l’ex-secrétaire général du FLN, Abdelhamid Mehri.

“Les émeutes de Janvier ont été provoquées”

Dans sa charge au vitriol contre les tenants du régime, Saïd Sadi n’a pas manqué d’accuser les services de sécurité d’être derrière les émeutes qui ont secoué plusieurs endroits du pays en janvier dernier. Une évocation pour inviter les manifestants à éviter la tentation de la violence dans laquelle, à ses yeux, les autorités tentent d’entraîner le mouvement de contestation.

“Le problème, c’est qu’ils ne doivent pas nous entraîner dans une stratégie de l’émeute. Les émeutes de janvier ont été provoquées par ce pouvoir. On a vu des morts, un peu de prédation, de violence provoqués par des agents des services, dont on voit une partie aujourd’hui parmi nous ici. Évidemment, on réprime pour rétablir l’ordre. Il ne faut pas tomber dans ce piège, même si c’est difficile. Ça prendra le temps que ça prendra, mais nous resterons pacifiques”, assurera-t-il. Avant de prendre congé de la presse, Sadi lance sur un ton optimiste : “Aucun régime ne peut dire que je lève l’état d’urgence et j’instaure l’état de siège dans la capitale. Aucun régime ne tiendra aussi longtemps. Je vous dis que nous y arriverons, mais il ne faut pas qu’ils nous entraînent sur le terrain de la violence. Ce n’est pas facile, mais nous y arriverons.” Ce n’est que vers 12h que Sadi a pu quitter les escaliers où il était confiné avec Me Ali Yahia et un dirigeant du MDS. Quelques mètres plus loin, le travail de dispersion de la foule par les policiers continuait.

Source Liberté Karim Kebir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires