Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 06:59
Une vitrine du terroir
biodiversite Parc national de Taza Jijel
Le Salon de l’agriculture de Médéa, tenu les 1er et 2 octobre courant au Centre de formation et de vulgarisation agricole (CFVA), constitue une réelle opportunité d’échanges entre les opérateurs du secteur, ont indiqué avant-hier les organisateurs.
Une cinquantaine d’exploitants agricoles, issus des wilayas de Blida, Bouira, Djelfa et Médéa, activant dans différentes filières agricoles, participent à ce salon initié par la Direction des services agricoles (DSA). Ce salon, qui servait d’habitude de vitrine pour les produits du terroir, offre cette année une opportunité pour les participants d’échanger leurs expériences et de nouer d’éventuelles relations professionnelles, ont indiqué les organisateurs.
L’accent a donc été mis sur cet aspect professionnel afin de donner plus d’impact à cette manifestation, permettre ainsi aux opérateurs du secteur d’explorer les opportunités qu’offre chaque région et favoriser les échanges entre les opérateurs présents. Cette manifestation économique donne, à travers les produits exposés au niveau des différents stands, un aperçu sur le niveau de développement atteint dans certaines filières, à l’exemple des filières lait, arboricole, apicole ou avicole, à la faveur des dispositifs de soutien mis en place par l’Etat, en vue d’assurer la sécurité alimentaire du pays.
Les efforts financiers consentis par l’Etat au développement des filières agricoles ont permis, à titre illustratif, à une wilaya comme Médéa, de se placer à la 3e place des plus grands producteurs de viande blanche à l’échelle nationale, alors qu’elle était positionnée, durant les années 90, à la 9e place.
La production locale de viande blanche dans cette même wilaya a atteint, au 3e trimestre de l’année en cours, 187 000 quintaux et devrait dépasser le cap des 200 000 quintaux à l’horizon 2014, selon les prévisions de la DSA.
Des performances similaires ont été enregistrées dans la filière lait, avec une production annuelle estimée à 104 millions de litres de lait cru, d’après le bilan fourni par le directeur des services agricoles, Mustapha Bennaoui, qui a néanmoins déploré le faible niveau d’intégration au sein de cette filière des industries de transformation. Il a révélé, lors d’une rencontre organisée en marge de ce salon, qu’à peine 10 millions de litres de lait, sur les 104 millions de litres produits, sont orientés vers des unités de transformation, ajoutant que l’absence de ce type d’unités à l’échelle de la wilaya, explique ce faible taux.
La priorité est donnée depuis quelque temps, d’après ce responsable, au développement de cette industrie de transformation qui constitue la véritable locomotive pour la filière lait.
Source Le Jour d’Algérie Tamani T. /APS
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires