Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 15:00

Algérie - 5 juillet : fête ou commémoration ?

cesariums-copie-1.jpg

 

La commémoration de la date de l’indépendance commence à se résumer à une cérémonie de remises de grades et de distinctions aux officiers de l’ANP.

Çà et là, des communes s’imposent un cross pour les jeunes, histoire de respecter la proclamation du 5 juillet “fête de la jeunesse” et des subdivisions de partis politiques et d’associations se plient au devoir de commémoration de la lutte d’indépendance par une séance de recueillement sur le Carré local des martyrs.

Mais de fête, point. Il faut dire qu’il n’y pas de quoi pavoiser. Un demi-siècle après, notre indépendance n’est encore synonyme ni de paix ni de prospérité, ni de liberté. La mort de onze gendarmes, exécutés par les terroristes dans la semaine qui précède la fête de l’indépendance, devrait altérer les promotions proclamées à cette occasion par quelque dose d’amertume.

Au cours de la dernière cérémonie de sortie de promotion de l’Académie interarmes, juste avant les deux attentats, le chef d’état-major de l’armée insistait sur le fait que les militaires sont “fermement décidés et déterminés à mobiliser tous les moyens légaux pour détruire les groupuscules terroristes et purifier cette terre sacrée”. Mais, comme si aucun serment engageant dans la lutte contre le terrorisme ne devait être prononcé sans qu’il soit vite pondéré par un soutien à “la réconciliation nationale”, le général Gaïd Salah rappelle immédiatement aux terroristes que le choix de l’impunité ne leur est tout de même pas fermé. Que peuvent les “nouveaux moyens” tactiques promis par le chef opérationnel de l’ANP s’ils continuent à être contredits par le recul stratégique imposé par la réconciliation nationale ?

Pour couvrir une situation sécuritaire politiquement poussée au pourrissement, il ne suffira pas toujours de s’exercer à l’incantation réconciliatrice.
Si la paix n’est pas là, la prospérité non plus. Et ce n’est pas une autoroute livrée en fragments, sans même des stations-service ou un métro de Sisyphe, qui peut contredire le constat de carence en matière de développement. Et puisque le 5 juillet est aussi la fête de la jeunesse, il suffit de rappeler les vagues renouvelées de harragas pour constater que nous n’avons même pas pu entretenir l’illusion d’une issue aux plus jeunes. N’y a-t-il pas quelque malaise à fêter l’indépendance d’un pays que ses enfants fuient ?

Même le cache-misère de l’équipe nationale de football s’est évanoui. L’argent, qui a coulé autour de sa qualification, contraste avec la rigueur opposée aux revendications syndicales. Mais malgré la visite… du directeur général de Nedjma, sponsor financier et apparemment moral de l’équipe, l’aventure s’est terminée sur un de ces exploits seyants aux fausses réputations : un faux héros giflant une vraie citoyenne.

Un demi-siècle après l’indépendance, la répression et la fraude protègent encore les positions usurpées, les fortunes détournées et les faux moudjahidine. Sans paix, sans prospérité, mais aussi sans liberté : c’est peut-être pour cela que notre indépendance se commémore sans la fête.

Source Liberté Mustapha Hammouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
<br /> <br /> Quel bilan ! GENEVIEVE<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Sans commentaires<br /> <br /> <br /> Ce blog a pour objet de faire mieux demain...Ce dont je ne doute pas<br /> <br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />