Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 07:00

Algérie - Sécurité sociale : Ce qui va vraiment changer pour les assurés

securite-sociale-algerie.jpg

 

Un tiers payant élargi à d’autres bénéficiaires, nouveautés dans le traitement des documents, surveillance par la voie informatique de la vente de médicaments… Un nouveau projet de loi sur l’assurance sociale est en discussion à l’APN. Objectif : améliorer la qualité des prestations et garantir l’équilibre financier de la sécurité sociale. Concrètement, voilà ce qui devrait changer.

Pour améliorer la qualité des prestations de la sécurité sociale, les nouvelles dispositions prévoient :

-Le tiers payant élargi à d’autres prestations et d’autres bénéficiaires. Réservé actuellement aux consultations chez le médecin traitant, aux traitements par hémodialyse et à la chirurgie cardiaque, le système du tiers payant (qui dispense les assurés sociaux de l’avance de frais auprès des professionnels) doit être élargi à d’autres prestations de soins. Autrement dit, la sécurité sociale pourra signer des conventions avec les prestataires, à l’exemple des opticiens médicaux ou des spécialistes en appareillage médical. Par ailleurs, si ce système est actuellement réservé aux malades chroniques, aux retraités, aux invalides et aux assurés sociaux à faible revenu, les nouvelles dispositions seront étendues à d’autres catégories de citoyens. Cela se mettra en place au fur et à mesure.

-Le transport sanitaire adapté aux communes du Sud. Si, avant, le déplacement pour un contrôle médical en dehors de la commune de résidence était pris en charge par la sécu, une nouvelle disposition, tout en continuant d’offrir ce service, prendra également en charge tous les déplacements des assurés pour répondre aux prestations de soins organisées par les organismes de la sécurité sociale. Exemple : les patientes appelées pour la campagne de dépistage du cancer du sein entamée par la Caisse nationale des assurances sociales depuis janvier 2010 seront désormais transportées gratuitement ou leurs frais de transport seront remboursés. Il est également question de prendre en charge le transport des patients même s’ils ne doivent pas se déplacer vers une autre commune, à condition toutefois que la distance soit importante. Cette mesure a été prise spécialement pour les communes du Sud.

-Une plus grande protection pour les femmes. Les parentes de troisième degré (nièce, tante…), quel que soit leur statut social (divorcée, célibataire ou veuve) ou leur âge, continueront d’être socialement protégées par la sécurité sociale, même si elles ont un petit revenu. Contrairement à la loi en vigueur, les filles ou les femmes ne perdront pas leur droit à la protection sociale,  même si un  leurs revenus venaient à baisser. Concrètement, si une femme, sans aucune source financière, est couverte  socialement via son grand frère, elle ne perdra pas cet avantage même si elle possède à l’avenir une autre source de revenu. Une disposition réservée uniquement aux femmes.    

-De nouvelles catégories spéciales couvertes. La loi actuelle protège les travailleurs et leurs familles, ainsi que des catégories particulières pour qui la sécurité sociale débourse. Il s’agit des étudiants, des personnes handicapées sans activité et des anciens moudjahidines ainsi que les bénéficiaires des allocations de solidarité. Avec la nouvelle loi, il est désormais possible que la sécurité sociale ouvre ce privilège à d’autres bénéficiaires. Les catégories seront fixées par voie réglementaire à chaque fois qu’il y a nécessité.

-La fin de la paperasse. Fini la paperasse et le collage des vignettes. La feuille de maladie, l’ordonnance, les échographies et les comptes rendus des examens  médicaux...  n’existeront plus dans trois ans. Les nouvelles dispositions prévoient la transmission à distance des documents de remboursement et de soins grâce aux nouvelles technologies. Il est question d’éliminer les formalités à charge de l’assuré et du médecin et de supprimer tous les papiers, et ce, dans le cadre du projet Chifa. Si le projet, tel qu’il est conçu, s’applique rigoureusement, il est possible que le patient ne paie chez son médecin soignant ou son pharmacien que 20% (s’il est remboursé à 80 %) et ne paie rien s’il est complètement pris en charge. La sécurité sociale remboursera directement les prestataires de soins via leur compte bancaire.

-Un fonds d’aide pour les plus démunis. L’assuré social à faible revenu a l’habitude d’être remboursé pour ses médicaments et ceux de ses ayants droit à hauteur de 80%. Il lui reste donc 20% à régler. Mais si ce taux dépasse les 20% de son salaire, il pourra prétendre à l’aide du Fonds d’aide et de secours.

-Plus de souplesse pour les urgences à l’étranger. La loi en vigueur permet actuellement à l’assuré social seul, pendant son séjour à l’étranger, de bénéficier de soins dans les établissements sanitaires, s’il est en congé payé, en mission pour le travail ou en stage. Il ne peut prétendre à ces soins que s’il s’agit d’une situation urgente. Les nouvelles dispositions prévoient d’alléger certaines conditions. A commencer par les ayants droit qui peuvent prétendre à ces soins. L’assuré ou ses ayants droit pourront être soignés à l’étranger pendant leur séjour régulier, sans d’autres conditions, mais s’il s’agit réellement d’une urgence ne permettant pas le retour dans l’immédiat au pays. C’est donc l’assurance voyage qui prendra en charge ses frais. L’organisme de la sécurité sociale responsabilisera et obligera l’assurance voyage à rembourser les prestataires de soins. Si l’assuré n’a pas prévu cela, c’est la sécurité sociale qui paiera pour lui.

Des économies par la chasse au gaspi

Pour que la sécurité sociale maîtrise ses dépenses et garantisse son équilibre financier, de nouvelles mesures sont prévues.

L’Etat aidera la sécu dans les pensions d’invalidité. Les organismes de la sécurité sociale ne supporteront plus la marge additionnelle des pensions d’invalidité. C’est l’Etat qui le fera pour au moins apaiser les dépenses des assurances. Actuellement, les bénéficiaires des pensions d’invalidité perçoivent 60% de leur salaire, mais concrètement, ils perçoivent une pension de 75%. Cet écart de 15 % ne sera plus à la charge de la sécurité sociale. Une économie importante, puisqu’il s’agit d’un montant  équivalent à un centre d’imagerie par an.

La chasse sera faite aux arrêts de travail de complaisance. Finis les arrêts de travail de complaisance : si actuellement, l’employeur n’est pas mis au courant par la sécu des appréciations des experts et des médecins contrôleurs, désormais, il sera associé à la décision prise. Autrement dit, si l’employé a pris un congé de maladie de complaisance, l’employeur est tout de suite informé par la sécurité sociale… Une disposition qui limitera les tentations des assurés.

Une surveillance sera mise en place dans l’achat  des médicaments. Avec les nouvelles technologies, la possibilité pour le pharmacien de consulter le fichier du client à distance, il n’est plus question d’abuser dans les achats des médicaments. Si par exemple, un détenteur de tiers payant veut acheter un médicament pour ses connaissances, le pharmacien ouvrira son fichier informatisé pour vérifier. Le fichier donnera les détails de toutes ses ordonnances, consultations médicales et médicaments préalablement achetés. Un fichier en connexion également avec la sécurité sociale. Le pharmacien risque alors d’être déconventionné et non remboursé, s’il administre des boîtes qui ne concernent pas l’intéressé.

De nouvelles ressources financières seront mobilisées. Jusque-là consacrées seulement par les différentes lois de finances, il est question de confirmer définitivement les ressources additionnelles de financement de la sécurité sociale en plus des cotisations à partir des marges imposées sur certains produits de consommation. 

Djaoued Bourkaïb. Directeur général de la sécurité sociale a dit :

L’objectif de cette évolution est d’adapter l’arsenal juridique de la sécurité sociale aux mutations socio-économiques du pays et de permettre son adéquation au programme de réforme. Un programme qui vise à améliorer la qualité des prestations, à moderniser et à préserver les équilibres financiers. Il n’y aura plus de manque à gagner.

Source El Watan Nassima Oulebsir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

La Peureuse 05/10/2015 22:44

Pour ce qui est du gaspi, il faut avoir des contrôleurs de la CNAS assermentés ainsi que les M.T. et Pharmaciens (les A.T. de complaisance ?????? et les médicaments qui se jettent dans les poubelles) je ne suis pas 1 bonne écrivaine pr vs raconter tas de chose