Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 02:20

Algérie - Séismes : Les règles parasismiques algériennes seront revues

carte-sismique-algerie.jpg 

En prévision de la rencontre nationale, prévue pour le 10 octobre prochain, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa a lancé, hier, la première d’une série de trois réunions régionales, initiées dans le cadre de la révision des règles parasismiques algériennes RPA.

Appliquer depuis trente années, ce règlement, jugé caduc, nécessite un réajustement et même une réadaptation pour assurer plus de respect des normes parasismiques. Il est surtout question de doter l’Algérie d’un outil plus performant permettant une meilleure sécurité et durabilité aux constructions.Pour le faire, le ministère a jugé important d’associer tous les intervenants du secteur de bâtiment ainsi que la communauté du génie civil pour une large consultation sur les principaux segments de cette révision. Ils sont appelés à aboutir à la réalisation d’un avant projet de document technique réglementaire en 2010. Le ministre a également, annoncé la création d’une commission technique  permanente  pour le contrôle technique de la construction et l’élaboration de la réglementation technique.

Revenant sur les étapes ayant marqué la révision de cette réglementation, le ministre a fait savoir qu’il a fait l’objet de cinq révisions. Au cours des trois dernières décennies, 10 séismes ont frappé l’Algérie dont trois étaient dévastateurs.   Le dernier en date est  celui de Boumerdès qui a fait 2300 victimes. Les dégâts matériaux ont été estimés à trois milliards de dollars, a noté le ministre.  Mais pour ce dernier « les enseignements du séisme de Boumerdes n’ont probablement pas tous été pris en charge de manière convenable ou exhaustive ». Dans le même contexte, M. Moussa  a  soutenu que la prévention ne se résume pas dans le calcul mais dans l’urbanisation. « Nous ne pouvons pas se lancer dans l’aventure de la construction sans l’étude de la qualité du sol », note-t-il avant d’ajouter que 26 études de l’aménagement de l’urbanisme  touchant 14 wilayas sont en cours de réalisation dont 12 ont été finalisées. Pour le quinquennat 2010-2014,  25 autres sont enregistrés pour un montant d’un milliards de dinars.

Sur le relogement des sinistrés de M’Sila, le ministre a indiqué qu’une deuxième expertise sera opérée et que des entreprises publiques ont été mobilisées pour réhabilités les écoles et mosquées endommagées.  Pour M. Moussa, il n’est, par contre, plus question de parler des « sinistrés de Boumerdès car le dossier  est clos». S’agissant du vieux bâti, le ministre a fait savoir qu’une opération de recensement est en cours de réalisation au niveau des grandes villes, à savoir Alger, Oran, Annaba et Constantine. Elle sera étendue aux autres villes,  précise le ministre, selon la disponibilité de la mobilisation des ressources financières. Il s’agit, explique-t-il de faire un diagnostique et un cahier de santé pour chaque bâtisse ancienne.  Il a ainsi cité l’exemple d’Alger où est recensé 17000 constructions sur les 85 000 logements  que compte la capitale.  Sur les chantiers du LSP qui tarde à voir leur finalisation, le ministre a souligné qu’il revient aux souscripteurs de traduire  le promoteur devant la justice en cas de défaillance.

Source Horizons Wassila Ould Hamouda

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires