Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 17:41
Les hommes du président
Abdelmalek Sellal  lamamra.jpg
Depuis quelque temps, nous assistons à une prise en main des affaires intérieures par Sellal et des affaires extérieures par Lamamra, au point qu'ils sont devenus les deux pièces maîtresses de Bouteflika.
Jamais un remaniement n'a été aussi bénéfique et fructueux pour l'action du gouvernement comme celui qui a été rendu le 11 septembre dernier par le président de la République. Mais au-delà de l'action globale du gouvernement deux importantes personnalités de l'Exécutif sont en train d'occuper le terrain avec efficacité. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le nouveau ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.
Depuis quelque temps, nous assistons à une prise en main des affaires intérieures par Sellal et des affaires extérieures par Lamamra, au point qu'ils sont devenus les deux pièces maîtresses de Bouteflika. Jamais un chef de l'Exécutif et un chef de la diplomatie n'ont reçu autant de prérogatives. Durant plus de 10 ans, les affaires intérieures et extérieures du pays étaient le terrain privilégié du président de la République. Le premier a bénéficié de la confiance et des privilèges généralement réservés au Président Bouteflika, c'est le Premier ministre Sellal. Ce dernier a occupé le terrain politique et social durant plus d'une année. Une mission qui était généralement prise en charge par le président lui même.
Même les anciens chefs de gouvernement Benflis, Ouyahia et Belkhadem n'avaient pas eu ce privilège quand ils dirigeaient l'Exécutif. Même si Sellal accomplit bien cette tâche dans un contexte spécial, en raison de la convalescence du président, mais accomplir le travail du président, visiter plus de 24 wilayas et travailler sous la protection de l'escorte présidentielle, ce n'est pas donné à n'importe quel haut responsable en Algérie. Une liberté d'action qui a même déplu à certains hauts responsables politiques notamment au FLN qui voyait d'un mauvais oeil l'installation de Sellal dans le paysage politique et médiatique national.
En parcourant ces wilayas, en 2013, Abdelmalek Sellal s'est visiblement et médiatiquement exposé et certains le présentent même dans le costume d'un présidentiable ou d'un vice-président. Pour ses détracteurs, les récents couacs en communication de Sellal ne font pas de lui un futur candidat, pour d'autres, le déficit en communication n'a jamais été un handicap pour devenir un président de la République ou autre futur grand responsable. Quoi qu'il en soit, Sellal bénéficie de la confiance, aussi bien du président de la République, que des responsables militaires du pays en raison de son engagement pour l'Algérie, de sa facilité à régler les problèmes et surtout pour sa capacité d'écoute des citoyens.
Depuis ses tournées dans les wilayas, Sellal a su adresser les bons messages, calmer les tensions et surtout servir de pont de communication entre le peuple et le gouvernement.
Même liberté de ton et d'action pour le nouveau ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra et pourtant, tous les ministres AE qui se sont succédé depuis l'élection de Bouteflika, n'avaient pas tous les leviers de la diplomatie algérienne. De par son expérience dans la diplomatie, le président avait toujours son mot à dire dans la stratégie diplomatique algérienne. Et pourtant, Lamamra qui était oublié au fin fond des affaires étrangères algériennes a été rappelé par le président de la République en raison de son expérience, de sa personnalité et surtout de sa connaissance des dossiers internationaux. Lamamra a commencé son test avec brio lors de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.
Le nouveau visage de la diplomatie algérienne (très connu d'ailleurs dans les coulisses de la diplomatie internationale et plus précisément à l'ONU) a exprimé sa position de l'Algérie sur plusieurs questions politiques, économiques, régionales et internationales. Une arrivée qui a même déplu dans certains pays voisins qui se sont réjouis du passage à vide de la diplomatie algérienne depuis quelque temps
Le chef de la diplomatie algérienne avait la latitude de rencontrer plusieurs responsables étrangers dont le MAE russe, Lavrov, américain, John Kerry et français, Laurent Fabuis, mais aussi les présidents français Hollande et américain Barack Obama.
Tout comme Sellal qui l'avait accompagné au Mali pour représenter l'Algérie à la cérémonie d'installation du nouveau président malien, Lamamra avait les coudées franches pour débattre, donner son point de vue et surtout exprimer la position de l'Algérie telle que dessinée par le président de la République depuis des années.
Source L’Expression Salim Aggar
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires