Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 09:04

"J’en fais mon affaire"

papiers identite algerie

Le Premier ministre est en train de mener un véritable combat contre la bureaucratie. Les résultats commencent à tomber...

Débureaucratiser le pays! Tel est le combat qu'est en train de mener en coulisses le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son gouvernement. En effet, Sellal considère la bureaucratie comme la «gangrène» du pays. «Elle a détruit le pays. C'est elle qui a fait naître la corruption. Et c'est aussi à cause d'elle que le peuple a perdu confiance en son administration», a-t-il d'ailleurs tenu à souligner le 19 décembre dernier lors de sa visite de travail dans la wilaya de Djelfa.
Cette déclaration n'était pas innocente, car le Premier ministre est en train de mener une vraie révolution dans l'administration publique. Tout d'abord par la mise en place d'un ministère qui est spécialement chargé de la réforme du service public, dirigé par Mohamed El Ghazi. Les premiers résultats de ce département n'ont pas tardé à se faire sentir. Le projet de prolongation de la durée de validité du passeport, de l'acte de naissance, ainsi que l'allégement de certains dossiers, a officiellement été adopté lors du Conseil des ministres de lundi dernier.
La validité du passeport passe maintenant de 5 à 10 ans. Le dossier relatif à l'attribution de ce passeport a aussi connu un allégement. Le Premier ministre a annoncé en outre l'adoption du projet de prolongation de la durée de validité de l'acte de naissance, également à 10 ans. Tout comme l'allégement du dossier pour l'obtention du certificat de nationalité qui, dit-il, se fera «uniquement avec la présentation de la carte d'identité au niveau des services de justice du pays». Sellal promet aussi d'autres allégements à l'avenir. Il a dit clairement qu'il voulait mettre fin au calvaire des citoyens qui sont otages de l'administration publique. D'ailleurs, 2014 n'a pas encore commencé que de nouvelles mesures sont déjà annoncées. Sellal a ainsi décidé de rendre l'Ansej plus rapide...La période d'étude des dossiers des projets des demandeurs a été réduite.
En plus de la diminution du temps de traitement des dossiers, plusieurs autres mesures de facilitation vont être prises à partir de cette nouvelle année. On note la préinscription qui se fera désormais sur Internet, cela pour éviter aux demandeurs les va-et-vient et les longues files d'attente. En fait, cette mission qui n'est pas du tout aisée dans une «République des plantons», comme dirait l'ex-ministre de l'Intérieur, Daho Ould Kablia, a débuté bien avant l'installation de ce ministère de
la Réforme du service public.
Le véritable signal a été donné lors de la publication de la circulaire sur la mise en retraite de tous les travailleurs dépassant l'âge de 60 ans. Le Premier ministre avait émis une instruction relative à la retraite obligatoire pour toute personne qui a atteint l'âge officiel prévu dans la loi 90-11.
La circulaire n°236 du 27 juillet 2013 de Abdelmalek Sellal, relative à la mise en oeuvre des dispositions relatives au départ à la retraite, vise à libérer les postes d'encadrement au sein des administrations, des entreprises et des organismes publics. Cela avait ainsi comme principal objectif de s'attaquer au chômage endémique dont souffrent les Algériens. Mais en réalité, elle avait aussi comme but, dissimulé, la «libération» de l'administration publique de certains «dinosaures» qui la hantent. Et qui sont l'incarnation de cette bureaucratie. Ces «bureaucrates», dont certains sont dans leurs postes depuis plusieurs décennies, passent à la purge.
Dans les hôpitaux, les administrations, les ministères,... ils sont en train d'être mis à la retraite l'un après l'autre pour donner un nouveau souffle au service public. La place est donc laissée pour de nouvelles compétences qui se chargeront de changer les esprits et mettre fin à la politique de la «paperasse».
La carte du Service national, le Deua ne posent plus problème
Le Premier ministre a aussi facilité l'accès des jeunes à l'emploi, en envoyant une note aux administrations, entreprises publiques et privées, dans laquelle il leur demande de ne plus prendre en considération la carte du Service national dans le recrutement. Et voilà qu'en cette première semaine de 2014, il envoie une note au ministère de l'Enseignement supérieur pour régler le problème des universitaires titulaires d'un diplôme Deua. Grâce à Sellal, ces universitaires auront leurs diplômes enfin reconnus comme de vrais diplômes universitaires. Voilà donc que le combat «Sellal contre la bureaucratie» est donc en marche. Mais Sellal mène aussi une autre bataille. En plus des mesures pour débureaucratiser le pays, il a pris plusieurs autres décisions marquantes depuis qu'il est à la tête du gouvernement. On cite l'exemple de celles visant à faciliter l'investissement, de la restitution des fusils de chasse, l'autorisation de la pêche au corail, l'ouverture des centres de loisirs à des heures tardives, des concessionsagricoles,...
En fait, ces mesures qui viennent faciliter la vie des citoyens sont le résultat de son travail sur le terrain. «On va sur le terrain, on écoute de vive voix les doléances de la population, et on règle les problèmes.» Voilà la méthode Sellal...Ce qui prouve que quelles que soient donc les critiques assénées au Premier ministre et à son gouvernement, les résultats du terrain sont là pour y répondre

Source L’Expression

Partager cet article
Repost0

commentaires