Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 08:26

Algérie - Pratiques commerciales et concurrence : L’Etat veut remettre de l’ordre

commerce.jpg

 

Sensibilisation des commerçants, intervention de l’Etat en cas d’exagération des prix, augmentation de la valeur des amendes et réactivation du conseil de la concurrence. Tels sont les principaux points contenus dans les deux textes de lois relatifs aux pratiques commerciales et à la concurrence présentés jeudi aux membres du Conseil de la nation par le ministre du Commerce, Mustapha Benbada. Ces deux textes législatifs, adoptés par l’APN, visent à consacrer la dimension éthique dans le commerce qui « doit être régi par les valeurs », a estimé M. Benbada. Le ministre a précisé qu’il œuvrera avec le ministre de la Communication « à la sensibilisation à l’importance du respect des règles éthiques dans le commerce car la sensibilisation doit précéder la répression », en rappelant les principales mesures de régulation et de contrôle mises en œuvre par son département, dont l’intervention de l’Etat dans la création d’espaces commerciaux tels que les marchés de gros et les marchés régionaux. L’Etat sera également de la partie lorsqu’il s’agit de la définition des prix ou leur plafonnement en cas de hausse injustifiée afin de protéger le pouvoir d’achat. En outre, dès l’année prochaine, le conseil de la concurrence sera réactivé en vue de renforcer le rôle de l’arbitrage entre les opérateurs économiques.  Il est à souligner que le texte de loi fixant les règles applicables aux pratiques commerciales a pour objectif de stabiliser le marché à travers notamment l’encadrement des marges de bénéfices des prix des marchandises et des services de base et à grande consommation. Il vise également à éradiquer de toute forme de spéculation à l’origine de la flambée « injustifiée » des prix et réaffirmer l’autorité conférée à l’Etat à travers son intervention dans l’encadrement des marges de bénéfices et des prix, en cas de hausse injustifiée des prix en raison de déséquilibres au niveau du marché ou d’une catastrophe ou encore de difficultés d’approvisionnement. Le texte de loi stipule aussi l’augmentation de la valeur des amendes des infractions. Elles se situent entre 200 000 dinars et 10 millions de dinars, alors que la durée de fermeture administrative des locaux est 30 à 60 jours. Dans le cadre du durcissement des sanctions à l’encontre des contrevenants aux règles des pratiques commerciales, la durée de l’interdiction provisoire d’exercice de toute activité commerciale sera « de 10 années avec durcissement de la peine de prison de 3 mois à 5 ans ». Le champ d’application de ce texte a été élargi pour englober de nouvelles catégories, les paysans, les éleveurs, les mandataires, notamment.  Quant au texte de loi relatif à la concurrence, il se fixe pour but le renforcement des prérogatives de l’Etat en matière de stabilité des prix, la lutte contre la spéculation et la prise de sanctions en cas d’infractions. Partant de ce principe, le texte stipule le renforcement des engagements juridiques des agents économiques en matière de respect des marges de bénéfices et des prix et le durcissement des sanctions appliquées pour ce qui est des pratiques commerciales illégales. Il s’agit également d’une nouvelle procédure qui oblige les agents économiques à déposer, obligatoirement, les structures des prix des marchandises et des services.

Source Horizons Synthèse Djamel O.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires