Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 07:05
Une continuité dans l’attente d'une meilleure gestion
le siège de l UGTA 
Si le président de la République a décidé de donner un nouveau souffle à l'Exécutif en nommant Abdelmalek Sellal au poste de Premier ministre et quinze nouveaux ministres sur les 32 existants, cela ne peut être juste une façade de dire qu'il y a une volonté de changer. Mais la question qui se pose est que faut-il changer ? S'agit-il de redresser les priorités ou bien apporter une vraie amélioration à la gestion des affaires de l'Etat, donc des affaires du peuple algérien ?
Avec une simple lecture du communiqué du Conseil des ministres réunit lundi dernier dans son volet relatif au plan d’action du gouvernement, il n’y a pas de grandes annonces concernant le mode de travail que va employer l’équipe de Sellal. Cependant, il ne faut pas oublier que le Premier ministre et son équipe ont la fonction et la mission d’exécuter le programme du président de la République. Donc, on ne peut pas demander à ce gouvernement de proposer un nouveau programme, mais comme exécuteur, le gouvernement Sellal doit fournir un nouveau plan de gestion et de gouvernance, car à quoi cela sert de changer un gouvernement si ce n’est pas pour apporter un plus dans la précédente gestion et éradiquer les défaillances et les fautes du passé ? L’amélioration du service public et la relance de l’économie nationale à travers notamment sa diversification, sont des orientations déjà données par le président de la République à travers les Conseils des ministres et même lors des audiences du ramadhan abandonnées cette année. Si le chef de l’Etat revient de nouveau sur ces orientations lors de son premier Conseil des ministres avec le gouvernement Sellal, cela veut dire quelque part, que les défaillances au niveau du service public et de l’économie sont toujours là et attendent une nouvelle gestion. Selon le communiqué du Conseil des ministres, le projet de plan d’action du gouvernement «introduit et explicite les actions à engager pour poursuivre l’exécution des différents programmes sectoriels et réformes prévus dans le programme du président de la République». Dans ce cadre, il a été annoncé cinq axes qui s’inscrivent dans l’action de l’actuel gouvernement. En premier, il s’agit de la «la poursuite» de l’amélioration de la gouvernance pour renforcer l’État de droit, réhabiliter d’une manière radicale le service public. Donc, il s’agit de continuer les efforts déjà entamés mais sans expliquer comment le gouvernement pourra changer la mentalité d’une administration qui cultive la bureaucratie ? Sachant que la réforme de l’administration a été lancée depuis plus de dix ans mais le citoyen souffre toujours de l’absence de la notion de service public. A ce propos, le Président Bouteflika veut une écoute permanente des attentes et préoccupations des citoyens afin de leur apporter les réponses appropriées quant à l’accès à un service public de qualité. Comme deuxième priorité, le gouvernement Sellal veut améliorer l’environnement économique de l’Algérie. Dans ce cadre, il s’engage à «la consolidation de la sphère économique et financière en vue particulièrement de renforcer la visibilité du processus de développement national, améliorer l’environnement de l’investissement notamment, à travers le foncier, poursuivre la modernisation du système financier et accroître l’efficacité du rôle économique de l’État». Toujours concernant l’économie, il sera question de développer des infrastructures socio-économiques dont notamment, la concrétisation des programmes de logements prévus, en mobilisant tous les moyens nécessaires, et la densification des réseaux d’infrastructures. Il est question aussi de la poursuite de la mise en œuvre de la réforme du secteur de l’enseignement et de la formation, la lutte contre le chômage, le développement de l’action sociale de l’État en direction des catégories défavorisées, une meilleure prise en charge des besoins de la jeunesse et la consécration d’une politique culturelle efficiente. Enfin, la poursuite et la dynamisation de la moralisation de la vie publique. Il est à souligner que ce plan d’action du gouvernement sera soumis prochainement aux députés dans le cadre des travaux de la session d’automne du Parlement, une occasion pour voir l’attitude des équipes d’Ouyahia et Belkhadem sortants du gouvernement.
Source Le Jour d’Algérie Nacera Bechar
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires