Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 04:16

La production sera de 1,4 million de tonnes

ArcelorMittal 

La dette d'ArcelorMittal auprès de Société Générale Algérie sera rachetée par la BEA.

Le président-directeur général de la division Maghreb d'ArcelorMittal, M.Vincent Le Gouic, a indiqué hier que la filiale algérienne du N.1 mondial de la sidérurgie, allait renforcer sa présence en Algérie. Alors que le groupe a fermé plusieurs de ses aciéries dans le monde en raison de la baisse de la demande, cet engagement reste des plus encourageants.

«Le choix d'ArcelorMittal d'investir en Algérie repose essentiellement sur la confiance de l'économie, de ses institutions et du soutien des pouvoirs publics», s'est félicité le PDG.

ArcelorMittal Annaba va lancer en Algérie un plan de développement financé par augmentation de capital et fonds propres, destiné à porter ses capacités de production à 1,4 million de tonne/an, contre moins d'un million/t/an actuellement, a-t-il précisé. Pour lui, l'augmentation de la capacité de production d'El Hadjar, détenu à 70% par AreclorMittal et à 30% par le groupe public algérien Sider, «va contribuer à couvrir la demande locale et réduire la facture d'importation... Ce programme est un véritable signe de confiance témoigné à l'économie algérienne, soutenue par le programme de développement présidentiel», a estimé M.Le Gouic. Il a précisé que ce programme sera mené dans le cadre de l'Agence nationale du développement de l'investissement Andi. Il sera mis en oeuvre alors que la disponibilité des financements est rendue difficile avec la crise financière en Europe et aussi face à l'excédent de l'offre, supérieure actuellement à la demande en Europe et dans le Bassin méditerranéen.

«L'économie algérienne, soutenue par son programme quinquennal d'investissements, se présente comme un excellent relais de croissance par rapport à la crise qui frappe l'Europe,» relève-t-il. Arcelor-Mittal Annaba a bénéficié d'une ligne de crédit de 14 milliards de dinars auprès de la Banque extérieure d'Algérie (BEA) après une crise au cours de laquelle la direction du complexe avait menacé de déposer son bilan pour obtenir un crédit sans garanties auprès de cette banque. D'ailleurs, le patron du complexe d'El Hadjar, a reconnu l'apport de la BEA dans le règlement de ce litige.

Commentant cet accord de financement signé la semaine dernière, M.Le Gouic a estimé que «l'approche de la BEA (...) a fait preuve d'innovation en proposant un engineering financier qui a permis de mettre en place à la fois les garanties suffisantes avec un effet de levier pour permettre à ArcelorMittal d'augmenter son capital».

Pour rappel, l'accord conclu avec les deux parties prévoit de transformer la garantie internationale de 120 millions de dollars, exigée par la BEA pour le rachat de la dette d'ArcelorMittal auprès de la banque française «Société Générale Algérie».

M.Le Gouic a indiqué que les challenges du groupe sont axés sur deux objectifs importants, à savoir le lancement du nouveau plan d'investissement et le maintien «de la paix sociale» au niveau du complexe de Annaba. Il a espéré «que la qualité du dialogue engagé avec le partenaire social et la confiance réciproque installée permettront de relever ce défi».

S'exprimant sur la stratégie du groupe face à l'arrivée prochaine en Algérie de nouveaux investisseurs dans la sidérurgie, M.Le Gouic a indiqué que son groupe subit actuellement cette concurrence à travers les importations à partir notamment de l'Europe du sud.

«En fonction de nouveaux projets, et de la nature de ces projets (...), la concurrence va se rapprocher. Cela doit nous inciter à redoubler d'efforts...en hissant notre niveau de performance» a conclu M.Le Gouic.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires