Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 09:08

La finale en beauté

competition-culinaire.jpg

 

La finale du «Catering challenge», première compétition culinaire en Algérie organisée durant tout un mois par le Centre culturel britannique (British Council), a pris fin mercredi. Elle a permis à de jeunes apprentis de faire étalage de toute leur créativité.

Cette compétition a concerné 16 apprentis chefs venus de 4 Centres de formation professionnelle agréés par l’Etat et spécialisés dans l’art culinaire et l’hôtellerie, à savoir Cible école, High school of tourism and hotellery (Hsth), International school (Ihs) et Ecole Benbrim. Au cours de la dernière semaine de la compétition, les jeunes ont eu l’avantage d’avoir été supervisés par un membre du jury Joseph Rainey, chef de renom d’une grande école britannique qui leur a apporté l’expertise et les bonnes pratiques britanniques. Encadrée par son chef Karim Seghilani, Abir Djeribia de l’école High school (Hsth) qui a remporté le trophée du Catering Challenge, un four professionnel et un laptop. L’évaluation des apprentis n’a pas été chose facile pour eux. Ils étaient tout au long de la compétition devant 3 chefs externes (Laradi, Joseph et Lahlou), sélectionnés par le British Council et qui se sont basés sur plusieurs critères dont l’utilisation du couteau de cuisine, le respect des règles d’hygiène et de sécurité, l’organisation des techniques de cuisson et de finition. Outre la technique de présentation des plats préparés, ces chefs ont basé leurs critiques sur la température, le goût, la texture et la taille de la portion. Primés par l’ambassadeur du Royaume-Uni, les 4 finalistes ont reçu, chacun un laptop et un Certificat. Leurs chefs, des certificats et des livres de cuisine. «Cette compétition inédite entre dans le cadre du programme ‘’Les compétences pour l’emploi’’ (Skills for Employability)», a rappelé le directeur du British Council, développé par le British Council intitulée «Catering Challenge». Il n’a pas omis d’encourager les groupes éliminés estimant qu’ils ont mis beaucoup d’énergie et de créativité dans leur monde culinaire «tous les participants ont de grands talents». L’ambassadeur a également primé 4 jeunes qui ont récemment gagné dans un quiz organisé sur son pays. «C’est un excellent projet qui a permis de découvrir de la créativité et beaucoup d’innovation. Donc, tout le monde est gagnant», a-t-il souligné dans son discours et d’ajouter : «Si on considère les changements dans le monde arabe et l’Afrique du Nord, beaucoup de jeunes demandent l’emploi et les compétences. Ce projet vise au fait l’augmentation des compétences.» Le directeur du British Council a ensuite évoqué le site de facebook de son ambassade qui a, selon lui, plus de 25 000 supporters-fans. «C’est le plus grand facebook dans le foreign office du Royaume-Uni», s’est-il félicité. Pour rappel, «les Compétences pour l’emploi» (Skills for Employability) est un programme du British Council qui vise le développement de partenariats internationaux pour l'échange de connaissances et d'idées. Il s’intéresse spécialement à la demande des compétences et aux systèmes d’enseignement et de formation professionnels (exigences du marché du travail, besoins des apprenants).

Source Infosoir  Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires