Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 11:02

Patrick Poivre d’Arvor, célèbre journaliste et écrivain : «Je suis agréablement surpris par la diversité des lignes éditoriales en Algérie»

patrick-poivre-darvor

 

Patrick Poivre d’Arvor est un intellectuel très attachant et surtout un journaliste qui ne tardera pas à se hisser sur le podium des stars. Il témoigne de la compétence, du sérieux et surtout de l’ambition. Ce célèbre animateur que l’on surnomme « PPDA », est nourri d’une longue expérience. Rencontre avec un homme de culture hors pair, un écrivain aux textes forts, puissants et envoûtants, qui jette un regard lucide sur le monde moderne.

Votre particularité, c’est votre éclectisme. Il existe peu d’animateurs qui peuvent concilier journalisme et littérature. C’est quoi votre secret ?

Il n’y a pas vraiment un secret pour réussir dans la vie. Pour ma part, j’estime qu’il faut aimer le métier que l’on exerce. Le succès de ma carrière n’a été que le début d’un long et enrichissant parcours. Il m’a offert d’autres perspectives. Je ne me suis pas arrêté là car je voulais  perdurer, et renforcer mes convictions. Aujourd’hui, mon œuvre a pris, Dieu merci forme et a dépassé les frontières  pour être accueillie par de nombreux publics de différentes cultures. 

Comment imaginez-vous la télévision idéale ?

Une télé plus objective, plus réaliste, plus libre. N’est-ce pas le propre d’une culture de se mélanger pour avancer ? Oui, la nature n’aime pas l’immobilisme, tout est toujours en mouvement. Une culture qui veut avancer doit forcément s’ouvrir au monde et à d’autres richesses culturelles.

C’est quoi le plus important pour vous, écrire des ouvrages, échanger les savoirs et les expériences  où  transmettre des messages ?

Ces missions vont de pair, car à mon sens, un intellectuel doit saisir l’opportunité de la visibilité qui lui est conférée pour l’impliquer dans  la promotion des valeurs de  la société où il vit ou celle des valeurs humaines universelles. Cependant, cet engagement doit rester naturel.

Vous avez passé deux nuits à Alger, vous avez certainement jeté un coup d’œil sur la presse algérienne. Un commentaire ?

J’étais très agréablement surpris dans la diversité des lignes éditoriales de vos quotidiens. Chaque première page des journaux est variée, annonçant des informations que ce journal sélectionne lui même. Du point de vue professionnel, je trouve que les journalistes algériens s’imposent dans le style que dans le contenu. Sur le plan humain, je trouve ces journalistes très attachants parce qu’ils aiment leur métiers et savent communiquer avec les gens quel que soit leur rang dans la société.

N’y a-t-il pas, paradoxalement plus de vérité dans l’écriture d’un roman que dans l’animation de la télévision ?

Pour ma part, je trouve refuge dans l’écriture. Cette dernière me permet de m’évader de la réalité, d’un quotidien parfois trop astreignant.

Accepteriez-vous de revenir à TF1 si on vous sollicite ?

Une question à laquelle il m’est difficile de répondre vu que mon départ n’a pas été fortuit. Aujourd’hui, je m’occupe d’autres facettes de ma vie.

Des projets en vue ?

Je participe prochainement à un film pour le compte de la télévision française, d’après un livre d’un auteur que j’aime beaucoup.

Source Horizons

Le Pèlerin Entretien réalisé par Samira Sidhoum

Partager cet article

Repost0

commentaires