Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 07:17

Elles revendiquent des agréments

algerie etat d urgence

 

Les forces de l'ordre ont empêché hier le rassemblent de trois organisations syndicales revendiquant des agréments. Plusieurs membres ont été conduits au commissariat.

C’est du côté de quelques sections syndicales du secteur de l’Education que la contestation, une fois encore, a commencé, et contrairement aux habitudes, cette fois-ci c’est aux portes du ministère de Travail que se sont rendus les membres de trois organisations syndicales pour revendiquer des agréments. La contestation ne semble pas, en effet, prendre de répit dans le secteur de l’Education même pendant les vacances. Après le rassemblement observé dimanche dernier par les inspecteurs de l’enseignement primaire devant le ministère de l’Education, qui contestent la première mouture du statut particulier des travailleurs de l’Education du 11 décembre classant les inspecteurs dans la catégorie 13 alors qu’eux estiment «remplir toutes les fonctions que les inspecteurs des autres paliers» et «revendiquent d’être classés à la catégorie 17», c’est au tour des syndicats d’investir la rue. Hier, ce sont les membres de trois organisations syndicales non agréées. Il s’agit du Conseil des lycées d’Algérie (Cla), le Syndicat national des corps communs des ouvriers professionnels de l’Education nationale (SNCCOPEN) ainsi que le Syndicat national des travailleurs de la formation professionnelle (SNTFP). Les fondateurs de ces syndicats ont tenté d’observer un rassemblement devant le ministère du Travail en vue de revendiquer le récépissé de leurs demandes d’agrément, déposées il y a des années. D’après le président du Cla, Idir Achour, «les huit premiers membres arrivant pour observer le rassemblement à 10h30 ont été arrêtés par les forces de l’ordre. D’autres ont été également conduits ensuite au commissariat pour rejoindre les premiers arrêtés». Le rassemblent a été finalement empêché. A travers leur action, les protestataires ont voulu dénoncer «la discrimination et l’exclusion dépassées que suit le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale envers ces trois organisations syndicales ayant déposé leur dossier d’enregistrement depuis des années et sans suite et qui a atteint le sommet du mépris et de la marginalisation». Pourtant, estiment les fondateurs dans leur communiqué, «ces organisation remplissent toutes les conditions nécessaires et suffisantes pour obtenir leur droit d’exercer librement leur travail syndical et ce, sur la base des lois et dispositions en vigueur de la République que la Constitution garantit et que le ministère transgresse». Le Cla, le SNCCOPEN ainsi que le SNTFP jugent le

«grand» silence de la tutelle à l’égard de l’accréditation. Par conséquent, ils demandent que les libertés syndicales soient respectées.

Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires