Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 11:22

Bouteflika veut organiser sa succession

Bouteflika 2

 

Le retard dans l’annonce des « réformes politiques profondes » promises par le président Bouteflika est lié à l’absence de consensus au sommet de l’État concernant le nom du futur vice‑président et donc éventuel successeur du chef de l’État, a indiqué à TSA une source proche du président de la République. Deux candidats sont en concurrence pour ce poste qui sera créé dans le cadre de la réforme envisagée : Mouloud Hamrouche et Ali Benflis. Le premier a les faveurs du chef de l’État et d’une partie de l’opposition alors que le second est soutenu par « une autre partie » du pouvoir, selon notre source.

« Le président veut organiser des élections présidentielles anticipées dès 2012. Il veut mener une révision profonde de la Constitution », affirme notre source. L’option de la Constituante ne sera pas retenue mais la révision de la Constitution va « répondre à 80 % aux attentes de l’opposition qui demande une Constituante ». « Ce sera presque une Constituante car l’opposition sera associée à son élaboration ». Les réformes envisagées prévoient également d’agréer quatre nouveaux partis dont un issu de la mouvance de l’ex‑FIS.

Le président Bouteflika doit aussi composer avec l’opposition exprimée par les partis de l’Alliance présidentielle concernant la dissolution de l’assemblée nationale. Lors des réunions tenues avec le président Bouteflika, Ahmed Ouyahia, Abdelaziz Belkhadem et le président de l’APN Abdelaziz Ziari se sont dit opposés à la dissolution de l’APN. Les présidents du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah et du Conseil constitutionnel Boualem Bessayah se sont montrés favorables aux propositions, a précisé notre source. « Seule l’Assemblée nationale sera concernée par une éventuelle dissolution. Le président ne peut pas dissoudre le Sénat », a ajouté la même source

Malgré ces oppositions au sein de l’Alliance, le président peut s’appuyer sur une partie de l’opposition. Abdelaziz Bouteflika a envoyé des messages à Abdelhamid Mehri pour dire qu’il approuve le contenu de sa lettre appelant à des réformes profondes. « Ils ne se sont pas rencontrés mais ils sont en contact permanent à travers des émissaires », assure notre source qui n’a pas souhaité préciser l’identité des émissaires. « Les réformes envisagées s’inspirent largement des propositions contenues dans la lettre de Mehri », ajoute la même source.

Abdelaziz Bouteflika peut également compter sur l’appui de pays comme les États‑Unis qui ont demandé de véritables réformes en Algérie, souligne notre source. Reste à savoir s’il prendra seul la décision d’annoncer les réformes envisagées ou s’il tiendra compte des refus exprimés au sommet de l’État ? « Il hésite encore », affirme notre source. 

Source TSA

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires