Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 09:28

“Le secteur du tourisme est malade”

le petit fute

 

Lors d’une conférence tenue jeudi à Ghardaïa, regroupant tous les opérateurs du secteur du tourisme, publics et privés de 9 wilayas du Sud (Tamanrasset, Ouargla, Illizi, Adrar, Béchar, Biskra, Tindouf, Laghouat et Ghardaïa), le ministre du Tourisme, a fait un constat alarmant du secteur, affirmant que “celui-ci est malade”, nécessitant de ce fait “une opération chirurgicale  de toute urgence.”

Préconisant de mobiliser toutes les énergies pour faire redémarrer cette activité touristique, créatrice d’emplois et de richesses, il insistera toutefois sur la nécessité d’évaluer d’abord le niveau de préparation de la saison touristique qui vient d’être entamée.

C’était d’ailleurs l’occasion pour le ministre de déclarer officiellement ouverte la saison touristique saharienne pour l’année 2010/2011. Affirmant que l’État a mis tous les moyens pour permettre le redécollage de cette activité, notamment le tourisme saharien avec toutes ses spécificités qui attirent les touristes à haut revenu, mettant en avant la cagnotte de 2 milliards de DA dégagée par le Trésor public pour la réhabilitation de 9 hôtels dans le Sud et la création de 6 villages touristiques sahariens. Une étude approfondie est en cours pour revoir tous les circuits touristiques, notamment ceux à fort rapport, tels la boucle de la Saoura, le T’kout, les balcons de Rhoufi… Par ailleurs , M. Mimoune est persuadé que “pour cibler d’autres marchés porteurs, il y a lieu d’être impérativement présent dans toutes les foires et salons internationaux traitant du tourisme”, ajoutant que “la présence seule n’est pas suffisante, il y a lieu d’être agressif sur le marché international par des opérations marketing de haut niveau”.

À cette occasion, celui-ci annoncera la tenue du Salon international du tourisme à Alger les 8, 9 et 10 décembre 2010. C’est une occasion, selon lui, de valoriser le tourisme national, notamment par la tenue d’une journée d’étude sur le tourisme national et dégager ainsi une réflexion sur les voies et moyens à même d’inciter les nationaux, autant que faire se peut, de passer leurs vacances en Algérie. L’Office national du tourisme (ONT), recevra tous les outils règlementaires pour atteindre ses objectifs, qui seront d’ailleurs précisés dans un plan de développement du tourisme national en cours de confection.

Une rencontre à huis clos s’est ensuite déroulée dans une salle annexe entre le ministre et les opérateurs privés, où il a surtout été question, selon quelques indiscrétions, des nouvelles dispositions en matière d’agrément pour les agences de voyages dont beaucoup redoutent de mettre la clé sous le paillasson. Une visite l’après-midi à l’hôtel Rostémides, débaptisé depuis peu en hôtel M’zab, fermé depuis plus de trois ans après sa restauration pour plus de 52 milliards de centimes, a mis le ministre en rogne, tonnant qu’“il est inadmissible de laisser un bijou pareil en état d’abandon, accentuant ainsi chaque jour davantage sa dégradation”. Chaque partie rejetant sa responsabilité dans cet état de fait généré par une question de réserves non levées, le ministre a ordonné l’envoi dans la semaine d’une commission pour tirer au clair les réelles raisons ayant conduit à cette situation.

Ce fut ensuite le tour du nouveau siège de la direction du tourisme de Ghardaïa à être inauguré avant de visiter le complexe de l’artisanat englobant le centre d’estampillage, le musée de l’artisanat et la maison des artisans. En fin d’après-midi, le ministre s’est rendu dans la daïra de Zelfana, connue pour les vertus thérapeutiques de ses eaux thermales où il a visité deux centres publics de thermalisme, à l’état de dégradation avancé. Il a donné des instructions à l’effet de faire en sorte que ces établissements reprennent des couleurs ou, qu’à la limite, ils soient rétrocédés à l’entreprise de gestion touristique de Ghardaïa.

Source Liberté L. Kachemad

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires