Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 07:46

L'Etat joue la carte de l'apaisement

audition revue de projets

 

Les pouvoirs publics tiennent absolument à mener les prochaines échéances électorales sans ennuis. Après être intervenus pour contenir la colère des retraités et celle des travailleurs de Arcelor-Mittal, ils viennent in extremis désamorcer la bombe sociale qui a failli avoir raison de la quiétude de la zone industrielle de Rouiba. Inutile d'être un grand clerc pour comprendre que le gouvernement  joue la carte de l'apaisement pour mener à bien les préparatifs des prochaines législatives.  Le mouvement des travailleurs de la SNVI qui avait débuté la journée de mercredi, n'a duré finalement que quelques heures. Aussitôt alertée, la direction cède  aux revendications du syndicat. Les antagonistes s'entretiennent dans la nuit de mercredi et trouvent enfin un terrain d'entente.  Il a été donc conclu avec la direction, d'un commun accord, de modifier l'appellation de la médaille du mérite en "médaille de fidélité" qui sera attribuée les mois de janvier, février et mars 2012, selon le seul critère d'ancienneté. Concernant les contrats des cadres gestionnaires retraités rappelés par l'entreprise, "il a été décidé d'y mettre fin à compter du 31 décembre prochain". S'agissant des plans de réorganisation et de formation pour l'année 2012, la direction prévoit de traiter ces deux points lors d'une séance de travail qui se tiendra au plus tard la fin du mois en cours. Quant au dossier de partenariat avec des entreprises étrangères, "un point de situation sera communiqué par la direction générale au syndicat d'entreprise lors de la prochaine séance de travail. Néanmoins, les pouvoirs publics ne sont pas encore venus à bout de la tension qui marque la zone industrielle de Rouiba.  Les syndicalistes menacent d'investir la rue au cas où l'administration revient sur ses promesses. Ils maintiennent à cet effet leur mouvement prévu pour le lundi prochain au niveau du siège de l'UGTA, ne serait-ce que pour apporter leur soutien à tous les travailleurs opprimés à travers l'ensemble du territoire national indique-t-on. On citera, dans la foulée,  le Conseil d'administration des entreprises algériennes de fabrication de tubes en acier du complexe sidérurgique d'El Hadjar (Annaba) qui revient, lui aussi, à la raison. Les responsables du groupe ont dû sentir le vent de la colère souffler, suite à  l'annonce faite mercredi dernier, selon laquelle des actions de protestation seront organisées le mois de janvier. Ils invitent le syndicat au dialogue et signent un accord. Le rapport devait être soumis au secrétaire généralx de l'UGTA. Il convient de rappeler que le syndicat avait annoncé l'organisation de plusieurs actions de protestation contre le boycott de leurs produits par les entreprises nationales et en tête la Sonatrach. Ils devraient commencer par tenir des sit-in si les autorités continuent à faire la sourde oreille, ils observeront une grève et organiseront des marches à partir du complexe et jusqu'au siège de Sidar. Une autre mesure prise par le gouvernement à même d'apaiser, à savoir, le relèvement  à 15 000 dinars de toutes les pensions et allocations de retraite inférieures à ce montant et l'augmentation de 30% des pensions de retraite dont le montant est égal à 15 000 DA. Les retraités qui revendiquaient une revalorisation de 40%, estiment que ces augmentations sont en deçà de leurs espérances. Bien qu'ils ne rejettent pas l'augmentation, ils continuent à réclamer, entre autres, que le SNMG qui est actuellement à 75% revienne à 100%.  Il est clair que l'Etat fait tout pour  apaiser la grogne des retraités, mais il est loin de triompher des difficultés auxquelles est confrontée cette frange de la société. 

Source Les Débats Rebiha Akriche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires