Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 04:18

La littérature mozabite à l’honneur

Il etait une fois l Algerie

Les 4e soirées de la littérature amazighe ont débuté jeudi soir au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria en consacrant la première soirée à la littérature mozabite à travers la poésie et le chant religieux typiques de la région du M’zab. Une vingtaine de choristes des associations culturelles «Izelawen n M’zab», «Timerkrast» et «Tathqif chaâbi», en provenance de Ghardaïa, ont gratifié le public d’un programme riche en psalmodies, des louanges à Dieu et au prophète de l’islam.
Tantôt en tamazight, tantôt en arabe classique, les chants ont été exécutés a cappella par un chœur d’hommes. Les choristes, habillés en tenues traditionnelles, regards concentrés et tout à leur spiritualité, ont réussi à partager avec l’assistance un moment de sérénité et de quiétude, induites par le sens des textes empreints de solennité et rehaussés par et la beauté et la puissance des voix masculines. Deux poètes de la vallée du M’zab, Salah Tirichine et Abdelwahab Fekhar, ont à leur tour lu des extraits de leurs poèmes en mozabite qui évoquent les vertus de l’islam et la clémence de Dieu ainsi que les traditions locales de cette région du sud algérien.
Ces poèmes se veulent une évocation de la tradition culturelle mozabite qui plongent ses racines dans la tradition musulmane. Les soirées de la littérature amazighe sont organisées chaque ramadan par le Haut commissariat à l’amazighité (HCA) dans l’objectif de «faire redécouvrir et savourer le patrimoine amazigh, particulièrement celui qui relève du sacré», a indiqué en début de soirée, le directeur de la promotion culturelle de l’institution organisatrice, Si El Hachemi Assad.

Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires