Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 00:07

Algérie - Travailler plus, gagner moins
conformite.jpg

Dans le monde du travail, pour ceux qui ont la chance et le privilège d’avoir un emploi par les temps de crise, on ne parle que des nouvelles dispositions sur le régime de retraite réinstaurant le départ à la retraite à 60 ans et la suppression de la retraite anticipée. Un système qui a fait le bonheur de beaucoup de salariés quinquagénaires, de plus en plus nombreux à frapper aux portes des caisses de retraite pour profiter des quelques années rognées sur la vie active pour un repos bien mérité ou bien pour se consacrer, pour ceux que cela inspire, à autre chose. L’expérience, toute récente, aura vécu le temps que durent toutes les expériences, chez nous, lesquelles sont vite enterrées aussitôt lancées. L’idée, pourtant, était fort louable, tant au plan économique qu’au plan social.
L’objectif étant de libérer des postes de travail pour stimuler le marché de l’emploi et permettre aux jeunes arrivés sur le marché du travail ou ayant perdu leur emploi pour raison économique ou autre de revenir dans le circuit. Le moins que l’on puisse dire est que cette prophétie ne s’est pas concrétisée quand on analyse de près les chiffres du chômage et de création de postes d’emploi, qui sont inversement proportionnels à la courbe ascendante des départs en retraite anticipée. Les caisses de retraites se sont rendu compte, à l’épreuve du terrain, qu’il sortait plus d’argent qu’il n’en rentrait dans ses comptes du fait de la diminution du nombre des cotisations sociales consécutives au flux croissant des départs en retraite anticipée. D’autres pays, pour desserrer l’étau du chômage et relancer la croissance économique, ont innové en la matière en allongeant la durée légale du travail au delà des normes et conventions en vigueur concernant la législation sur le travail.
Les « seniors » (les travailleurs ayant atteint ou dépassant la limite d’âge réglementaire pour le départ en retraite) sont de plus en plus sollicités et maintenus à leur poste par leurs employeurs en raison de leur expérience et savoir-faire et du gain en termes de productivité et de formation des nouvelles recrues. Le président français, Nicolas Sarkozy, avait inventé la formule « travailler plus pour gagner plus ». Nous n’en sommes pas encore là chez nous, dans la mesure où nous avons toutes les peines du monde à concilier les principes du droit à la retraite avec la rentabilité du système économique par une utilisation rationnelle et optimale des ressources humaines.
L’engouement suscité par le régime des départs à la retraite anticipée, désormais remis en cause comme l’attestent les chiffres et les nombreux dossiers que s’apprêtent à déposer dans la précipitation les postulants avant l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions, renseigne sur la philosophie du travail en tant que fondement économique et moyen d’existence dans toute l’acception du terme. Existe-t-il une vie au travail compte tenu des salaires et de la cherté de la vie et après la vie active quand on voit tous ces retraités égrener leurs monotones journées de retraite à jouer aux dominos ? C’est en ces termes que se pose et que devrait se poser la problématique de l’emploi et de la retraite.
Source El Watan Omar Berbiche
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires