Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 04:17

Dépollution menée par la direction de l’hydraulique

alger_oued-el-harrach.jpg

 

Un port de plaisance est en projet à l’embouchure de Oued El Harrach. Le directeur de l’hydraulique de la wilaya d’Alger, M. Amirouche, l’a annoncé lors d’une conférence de presse animée, lundi, au siège de la wilaya d’Alger.

Le site, actuellement encombré par plusieurs rejets, sera complètement transformé à la faveur des travaux prévus dans l’étude de la baie d’Alger, initiée par la wilaya, relève le directeur. «Le plan d’aménagement de la baie d’Alger, en cours de finalisation, fait de l’oued l’axe central de la capitale. Le port de plaisance sera situé face au site du projet de la Grande Mosquée d’Alger», signale M.Amirouche, qui ne donne toutefois pas d’échéance précise pour la concrétisation de ce projet qui rentre dans le cadre de l’étude d’aménagement de la baie d’Alger. Des travaux ont été lancés : en plus des interventions en surface avec l’élargissement du lit et le gabionnage des berges, la direction de l’hydraulique a permis la mise en fonction de plusieurs mini-stations de relevage qui réduisent les rejets.

«Il n’y a plus de rejet d’eaux usées de particuliers. Les eaux relevées sont directement acheminées par des collecteurs vers la station d’épuration de Baraki. Les rejets industriels posent néanmoins problème. Des études pour l’installation de stations de prétraitement sont en cours, pour les différentes zones industrielles situées sur le tracé de cet oued (ZI de Baba Ali, ZI Gué de Constantine et ZI El Harrach)», explique M. Amirouche. Pas moins de 60 entreprises rejettent leurs déchets dans l’oued et «les en empêcher n’est guère facile malgré les actions en justice menées à leur encontre», nous a signalé le directeur dans un entretien à El Watan. Le directeur de l’hydraulique a affirmé que la wilaya d’Alger consacre 100 millions de DA pour le curage des oueds, 14 entreprises sont engagées à cet effet. Selon ce même responsable, l’investissement de la wilaya en matière d’assainissement est d’environ 26 milliards de DA jusqu’à 2014, portant pratiquement sur des opérations liées, principalement, à l’assainissement.

Un schéma d’assainissement de la wilaya d’Alger a été arrêté et porte sur le renforcement des capacités des trois stations d’épuration des eaux usées situées à Baraki, Réghaïa et Beni Messous. Les capacités de ces trois stations (1,5 million hl) seront pratiquement doublées à l’horizon 2014. Une quatrième station est en cours de réalisation à Zéralda.
Une trentaine d’unités de collecte et de pompage sont prévues dans le schéma d’assainissement pour acheminer les eaux usées vers les stations d’épuration. 

Le collecteur de Oued Mkessel livré fin juin

Les travaux du collecteur de Oued M’Kessel (Bab El Oued), devant être livré en 2010, tirent à leur fin. Le retard dans les travaux s’expliquerait, assure le directeur de l’hydraulique, M. Amirouche, par des problèmes techniques, non prévus dans l’étude «pas vraiment pointilleuse». «La nature du sol retardera de 6 mois la livraison du projet prévue pour fin juin. Ce retard est acceptable», relève le directeur qui affirme que le projet coûtera 5 milliards de dinars, sur PSD (plan sectoriel) et permettra d’éviter les inondations dans cette partie de la ville. Le collecteur qui fait 4 mètres de diamètre, sur un linéaire de 5 kilomètres, permettra de récupérer toutes les eaux pluviales venant des bassins versants en amont de l’Oued de Bouzaréah.

Source El Watan Nadir Iddir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires