Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:25

L’Algérie importe 11.000 bovins

bovins.jpg

 

M.Benaïssa a rappelé que la flambée des prix est un problème qui concerne plusieurs secteurs d’activités.

Les opérations d’importation pour le conditionnement de la viande bovine congelée en prévision du mois de Ramadhan 2011 a déjà commencé selon le ministre de l’Agriculture, le Dr Rachid Benaïssa. Une opération d’achat et d’abattage a été entamée pour constituer des stocks de viande ovine en prévision du mois de Ramadhan, prévu début août, a-t-il indiqué hier.

«Une opération d’achat, d’abattage et de stockage de viande ovine a commencé en vue de constituer des stocks de régulation du marché pendant le mois du Ramadhan», a indiqué le ministre en marge de la réunion trimestrielle des contrats de performance des wilayas du secteur. C’est la première fois en Algérie que des opérateurs recourent au stockage de la viande ovine issue de la production nationale.

Ces stocks entrent dans le cadre du dispositif de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac), créé en 2008.

En outre, «des mesures ont été prises» pour constituer des stocks de viande bovine d’importation en vue de répondre à la forte demande exprimée pendant le prochain mois sacré, selon le ministre, qui n’a pas précisé les quantités devant être stockées. L’Algérie a importé quelque 11.000 têtes de bovins d’engraissement durant les trois premiers mois de 2011 destinées à la consommation durant cet été.

La consommation nationale de viandes rouges s’élève à quelque 380.000 tonnes par an dont 30.000 à 50.000 tonnes proviennent de l’importation.

Au sujet de la flambée des prix des viandes durant le mois sacré, M.Benaïssa a rappelé que «c’est un problème qui concerne plusieurs secteurs d’activités».

En effet, la question des prix concerne en premier lieu le département du commerce qui ne s’est pas encore manifesté quant aux dispositions qu’il devait prendre pour réguler les prix durant cette période très sensible du Ramadhan.

Sur cette même question des prix, Rachid Benaïssa a mis en valeur «l’importance de la régulation et de l’intervention des autres secteurs du commerce et de l’intérieur pour contrer la spéculation dans le marché des viandes rouges et blanches».

Sur un autre chapitre, le ministre de l’Agriculture a indiqué que son département a traité 110.000 dossiers sur les 140.000 de foncier agricole qui ont été déposés auprès des services de son ministère. «Quant au nombre total de fermes, le volume est estimé à 210.000», a précisé le ministre. S’agissant de l’effacement des dettes des agricultures, M.Benaïssa a répondu que l’effacement des dettes des agriculteurs a atteint 38 milliards de dinars sur les 41 milliards qui ont étés avancés par le président de la République dans son discours du 28 févriers 2009 à Biskra. Concernant le différentiel qui reste sur les 41 milliards annoncés, M.Benaïssa a précisé que bon nombre de fellahs veulent intégrer le processus pour profiter de l’effacement de leurs dettes.

A propos des 3 milliards qui restent sur les 41 milliards de dinars, le ministre a précisé que l’opération de l’effacement des dettes suit son cours entre la Badr et les pouvoirs publics.

Source L’Expression Amar Chekar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires