Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:47

Trapattoni confirme le contact de la FAF

Trapattoni.jpg

 

Selon une information de France Football, un «intermédiaire» de la FAF aurait contacté l'ancien coach italien Giovanni Trapattoni pour driver l'EN, ce qu'il a d'ailleurs confirmé lui-même.

Alors qu'on avait bien cru que le «conflit» entre le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua et le sélectionneur de l'Equipe nationale, le Bosnien Vahid Halilhodzic, avait pris fin avec le dernier communiqué de l'instance fédérale précisant que le coach de l'EN irait à la phase finale du Mondial, seulement on parle encore de son successeur! En effet, et selon une information de France Football, un «intermédiaire» de la Fédération algérienne de football aurait contacté l'ancien sélectionneur italien Giovanni Trapattoni. Le site spécialisé «Goal» a rapporté que joint par téléphone par les soins des journalistes de France Football, l'ancien sélectionneur de l'Italie ou de l'Eire n'a pas usé de la langue de bois généralement de mise pour répondre aux hypothèses non confirmées: «Ce n'est pas une chose officielle. Je ne peux dire ni oui, ni non. C'est un projet comme d'autres projets. En ce moment, c'est un bruit (...) Il y a une personne qui s'est intéressée, je crois que c'est un intermédiaire, comme d'autres personnes m'ont contacté, entre autres des Chinois. Disons qu'il y a plusieurs hypothèses (...) C'était pour savoir s'il y a une disponibilité de ma part. Comme m'ont appelé d'autres personnes (...) Je suis reconnaissant et honoré par tous ceux qui m'offrent du travail. Cela est très important» a déclaré le technicien transalpin. Ainsi, et même si la FAF a voulu rassurer tout le monde au sujet du coach Vahid, l'idée de la succession court toujours et les pistes sont donc déjà activées. Il est normal donc que cela soit fait, car il ne faut justement pas attendre que M.Halilhodzic prenne sa décision finale à l'issue du Mondial pour commencer à chercher son successeur. C'est l'idée qui sort de ce contact bien que pas direct par le président de la FAF, mais un intermédiaire. Ce qui se fait dans le monde du football professionnel. Sachant que Vahid n'a pas changé son idée de ne pas répondre au président de la FAF sur sa doléance concernant son avenir avec les Verts après le Mondial avant la fin de ce mois de janvier, la FAF n'attendra donc pas jusqu'à la fin du Mondial pour se mettre à la recherche du successeur de Vahid qui hésite pour le moment sur le sujet, pour ne pas dire qu'il persiste à ne se prononcer qu'après avoir vécu les résultats du Mondial. Il cherche donc son intérêt «personnel». Or, s'agissant de la FAF, c'est l'intérêt de la sélection algérienne qui prime. Car jouer les éliminatoires de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations, qui se déroulera en janvier 2015 au Maroc, à partir du mois de septembre, voudrait dire qu'il doit y avoir, au moins un stage pour les Verts juste après le Mondial et les vacances. Et là, il va falloir prendre ses devants et prévoir. Car gouverner c'est justement prévoir. Ce que semble suivre la FAF et c'est de son droit des plus élémentaires. Ainsi, la FAF tente donc, dès maintenant, de préparer l'avenir afin d'enrôler un nouveau sélectionneur de renom avec en ligne de mire la prochaine Coupe d'Afrique des Nations, et c'est peut-être Giovanni Trapattoni, à ses 74 ans, qui pourrait être tenté de relever un énième défi africain. Reste à savoir comment va se faire l'engagement de Trapatonni en présence du coach bosnien Vahid Halilhodzic. La prochaine réunion entre le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, et le sélectionneur des Verts, prévue au début du mois de février prochain, à savoir juste avant le match amical contre la Slovénie, sera ainsi bien déterminante et à plus d'un titre.

Source L’Expression Said Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires