Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 08:21

Tremblement de terre à Béni Ilmane et Ouanougha (M’Sila) : Benbouzid annule les compositionsbeni-illmane-ecole-sous-la-tente.jpg

 

La visite de Boubekeur Benbouzid, ministre de l’Education nationale, hier dans la zone sinistrée de Ouanougha et Beni Ilmane, wilaya de M’sila, a été un véritable cauchemar pour les élèves des établissements de ces deux communes, notamment le CEM El Jadida de Ouanougha, où le ministre a fait une halte et s’est enquis de l’état des lieux.

Plus de 200 élèves sur les 346 que compte l’établissement, ayant répondu à la convocation du CEM, se sont présentés, mais ont refusé de rentrer dans les classes pour les besoins de la visite ministérielle, en dépit des pressions récurrentes de la direction. Choqués par la tournure des événements et profondément affectés psychologiquement, les élèves ont refusé d’être utilisés comme un faire-valoir pour le ministre de l’Education nationale. « Nous sommes terrifiés à l’idée de pénétrer à l’intérieur d’un bâti, depuis le tremblement de terre du vendredi 14 mai, nous ne sommes pas rentrés chez nous, surtout que les répliques n’en finissent pas », a déclaré Marwa, collégienne de 16 ans au CEM El Jadida. « Ils veulent nous faire entrer de force pour faire plaisir au ministre », a-t-elle ajouté. « A ce jour, aucune assistance psychologique ne nous a été dispensée ». « On a peur, a enchaîné Hicham 16 ans, on ne mange même pas. Comment voulez-vous vous concentrer pour étudier ? » « Depuis le début de la catastrophe, a-t-il regretté, on ne mange pas à notre faim. » Il est déplorable que des responsables, n’agissant que pour les besoins de leur carrière, ne s’embarrassent pas, en se ridiculisant, obligeant des collégiens, sous l’effet d’un choc psychologique, d’agir et de faire comme si de rien n’était.

En pénétrant dans cet établissement, le ministre a saisi au vol le fait que les élèves étaient sous le choc et a fustigé les responsables, en charge de l’éducation, d’organiser les compositions pour des élèves qui n’ont bénéficié d’aucune assistance psychologique. Il a aussitôt pris la décision d’annuler toutes les compositions du dernier trimestre pour tous les paliers et a donné la possibilité aux élèves de terminale qui échoueraient au bac de refaire l’année, quel que soit l’âge du candidat. M. Benbouzid a visité les tentes-classes dressées la veille par les éléments de l’ANP. L’annulation de toutes les épreuves du dernier trimestre de l’année scolaire 2009-2010 pour les établissements des deux communes sinistrées rend caduque l’initiative de la substitution des classes endommagées par des tentes. 

Source El Watan S.Ghellab

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G


bonjour.


je suiss un habitant de cette region ou ce produit le tremblement de terre.j habite dans un petit village qui s apelle samma (w 34 bourj bou arridj.


je suis debousoler par le tremblement personne ont parle mon village se situ en bas d une montagne ya denormes rochers.bien sur les secours sont .qui pourrais mes donner des renseignements. sur
le tremblement.merci j ecris mal vous m avaient compris. merci



Répondre
L


Bonjour
Guessoum,


Je vous propose
ceci !


AVANT LE
SEISME


Faire construire sa maison selon les normes parasismiques.


S'informer des risques encourus et des consignes de
sauvegarde. 


Repérer les points de coupure de gaz, d'eau et d'électricité chez
soi.


Disposer d'un poste de radio à piles, d'une torche électrique et d'un
nécessaire de premier secours. 


Repérer un endroit où l'on pourra se mettre à l'abri.


Fixer les appareils lourds au plancher et les meubles lourds aux
murs.


Ne pas placer d'objets lourds sur des étagères hautes.


PENDANT LE
SEISME


A l'intérieur 


Garder son calme. Rester à l'intérieur. Ne fuyez pas pendant les
secousses ;


Se mettre à l'abri près d'un mur, d'une colonne porteuse ou sous des
meubles solides (tables, bureaux...). 


S'éloigner des fenêtres. 


Ne fumez pas ;


A
l'extérieur 


Garder son calme. Rester à l'extérieur.


S'éloigner de ce qui peut s'effondrer (bâtiments, ponts, lignes
électriques), à défaut, abritez-vous sous un porche ;


Gagnez un endroit isolé ;


Emportez les objets de première nécessité ;


En
voiture 


Garder son calme. S'arrêter si possible à distance des constructions et
des lignes électriques. 


Ne pas descendre de la voiture avant la fin des secousses.


APRES LE
SEISME


Garder son calme. Regarder si on est blessé.


Couper l'eau, l'électricité, le gaz. Ne pas allumer de bougies. Ne pas
fumer.


Ne pas téléphoner (il faut réserver le téléphone aux messages hautement
prioritaires).


Evacuer le plus rapidement possible les bâtiments en faisant attention à
d'éventuelles autres secousses. 


Ne pas prendre l'ascenseur. 


Ne pas toucher aux fils électriques tombés à terre. 


Mettre des souliers pour se protéger des vitres cassées et des bris de
verre.


S'éloigner de tout ce qui peut s'effondrer.


S'éloigner des zones côtières même longtemps après la fin des secousses
en raison d'éventuels raz-de-marée. 


Ne pas aller chercher ses enfants; l'école s'occupe de
tout. 


Se diriger vers les espaces libres (parcs, stades...). 


Ne pas pénétrer dans la zone sinistrée sans autorisation.


Ecouter la radio pour connaître les consignes et les suivre.


En tout état de cause, ne pas céder à la panique, toujours mauvaise
conseillère


Cordialement,


Le Pèlerin