Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 07:17

Algérie - Accès au crédit logement au taux de 1% - Seuls...les fonctionnaires…

Avantages aux fonctionnaires. Seuls les 1,6 million travailleurs de la Fonction publique pourront désormais acquérir un logement avec un taux bonifié de 1% comme contenu dans la loi des finances complémentaire 2009 accordant des facilités aux fonctionnaires en matière d’accès au logement. Intervenant hier sur les ondes de la Radio nationale, le P-DG de la Cnep, Djamal Bessa, a souligné qu’en attendant l’approbation des textes d’application, le texte général de loi utilise le terme générique de «fonctionnaire». «Mais à la première lecture des textes, il n’y a que les agents de l’Etat qui en bénéficieraient», a estimé le P-DG de la Cnep.
Interpellé sur la catégorie des fonctionnaires qui peuvent bénéficier de ces dispositions, le président de l’Association des banques et des établissements financiers (Abef) a souligné que les banques attendent les textes d’application pour voir avec précision quelles catégories de fonctionnaires pourraient bénéficier de ces taux bonifiés.
En effet, si l’on se réfère au dictionnaire, fonctionnaire signifie agent dans une administration publique. Suivant ce raisonnement, somme toute logique, on peut comprendre que tous les salariés du secteur économique, qu’il soit étatique ou privé, sont exclus de cette mesure. Sur les 10 millions de travailleurs algériens, seuls 1,6 million pourra bénéficier du taux bonifié de 1% pour l’accès au crédit immobilier amélioré. C’est en quelque sorte le deux poids, deux mesures d’autant plus que cette décision a été prise pour «permettre un meilleur accès au logement à une couche plus large de la société, pourvu que ces logements existent», comme l’a rappelé l’invité de la Radio nationale dans son intervention. Ainsi, tous les Algériens ne seraient pas égaux aussi bien par leurs revenus que dans l’accès au logement. En effet, la majorité de la population active en Algérie est dans le secteur productif étatique et privé.
De ce fait, cette frange devra se contenter d’un taux oscillant entre 5,5 et 9%, selon les banques. Interrogé si cette bonification allait induire à terme une baisse des taux d’intérêt pratiqués actuellement sur la place bancaire, M.Bessa a précisé que «la corrélation n’est pas évidente, il s’agit d’une bonification et donc le taux réel n’est pas de 1%», soulignant que les banques travaillent sur la base d’un coût de «collecte des ressources en s’assurant une marge pour le bon fonctionnement».
Abordant le problème des actes de propriété, notamment les logements APC-Cnep, Djamel Bessa a tenu à préciser que «seules les APC sont responsables dans la régularisation des documents. La Cnep ne fait que financer».
Quant aux montants des crédits alloués pour le financement des différentes formules de logement, l’intervenant a indiqué que le montant dépasse les 150 milliards de dinars pour le logement promotionnel au niveau de toutes les banques. La Cnep, à elle seule, a octroyé 100 milliards de dinars. Le financement des particuliers atteint quelque 200 milliards de dinars, dont la plus grande partie a été accordée par la Cnep, a-t-il tenu à préciser.
Abordant la question des programmes de la Cnep en cours, il a révélé qu’ils sont axés sur les deux types de programmes qui sont la location-vente dont une partie a été réalisée et une autre en cours de réalisation pour une enveloppe budgétaire de 53 milliards de dinars. Un autre programme de 19.000 logements de type promotionnel est en cours de réalisation pour un montant de 25 milliards de dinars. Interpellé sur le retard dans la livraison des 65.000 logements Aadl, malgré une surliquidité estimée à 8 milliards, M.Bessa a indiqué que la Cnep n’a eu ce programme qu’en 2006 et que l9.000 sont déjà achevés et qu’une autre partie sera réceptionnée dans les prochains mois et cela en fonction de la disponibilité du foncier et du permis de construire.
Et de révéler que les capacités de la Cnep à financer le logement s’élève à 400 milliards de dinars. Interpellé enfin sur le montant détourné au niveau des banques, l’invité de la Radio a préféré éluder la question tout en émettant le souhait de la dépénalisation de l’acte de gestion.
Source l’Expression Smail Rouha
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires