Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 02:33

Des ONG pour rassurer la classe politique

elections-en-algerie-.jpg

 

Les responsables politiques veulent réunir toutes les garanties pour donner un maximum de crédibilité aux prochaines élections législatives. Outre l'arsenal juridique, les nouvelles mesures de surveillance et l'engagement réitéré par le chef de l'Etat dans son dernier discours à la nation, les autorités ont aussi fait appel aux Organisation non gouvernementales. " L'Algérie est dans l'attente des réponses des Organisations non gouvernementales (ONG) qui ont été conviées à participer à la surveillance des élections législatives prévues le 10 mai prochain ", a déclaré hier le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. Dans une déclaration à la presse, le chef de la diplomatie algérienne a souligné que " le ministère des Affaires étrangères a adressé ce mardi (Hier, NDLR) des invitations officielles à des organisations gouvernementales et internationales dont l'ONU et l'OCI ". " En application des dernières orientations du Président de la République, l'Algérie a également adressé des invitations à des Organisations non gouvernementales (ONG) et attend leurs réponses ", a-t-il indiqué. Par cette déclaration, Medelci entend rassurer certains partis et personnalités ayant déjà exprimé des craintes quant à la transparence des prochaines élections. Il y a quelques jours, c'était la directrice du bureau de soutien aux élections et à la démocratie de l'Union européenne, Delphine Skowron qui s'est rendue en Algérie. Elle avait précisé que cette mission européenne séjourne à Alger afin de recueillir auprès de partis politiques et des représentants de la société civile des informations sur la base desquelles des recommandations seront transmises à la haute représentante de l'UE laquelle prendra en dernier ressort la décision de dépêcher ou non une mission d'observateurs européens. Autrement, il ne suffit pas d'adresser des invitations à ces organisations pour qu'elles se bousculent au portillon. L'Algérie devrait donner des gages de transparence des élections pour que ces mêmes organisations consentent de jouer leur rôle d'observateurs. Cela bien que leur mission ne soit pas de valider ou invalider les résultats du scrutin, comme cela a été expliqué par Delphine Skowron. Il est à rappeler par ailleurs qu'une délégation de l'Union africaine (UA) conduite par M. Leonardo Simao, ancien ministre des Affaires étrangères du Mozambique était arrivée avant-hier à Alger dans le cadre de l'observation des prochaines élections législatives. Une délégation de précurseurs de la Ligue arabe était également arrivée dimanche. Lors de l'annonce de la date des élections législatives de 2012, Bouteflika a indiqué avoir " décidé de faire appel à des observateurs internationaux pour suivre ces élections. Le gouvernement a invité un certain nombre d'organisations internationales dont nous sommes membres ou partenaires, à dépêcher leurs observateurs. Pour la même fin, certaines organisations non gouvernementales ont été également invitées ". Bien que l'avis de la classe politique diffère sur l'utilité de la présence de ces organisations, il n'en demeure pas moins que la garantie d'une élection libre et transparente est la seule solution pour faire face à l'absentéisme et éviter au pays une chambre basse peu représentative.

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires