Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 08:20

Sommet Afrique-France: Bouteflika à Nice lundi

bouteflika--sarkozy.jpg

C'était hier, peut être demain

 

Fin de suspense concernant la participation ou non de Bouteflika au sommet France-Afrique prévu lundi prochain à Nice. Le chef de l’Etat va bel et bien prendre part à ce rendez-vous franco-africain qui attend, selon des sources crédibles, la présence d’une bonne quarantaine de chefs d’Etat africains.

La fin du printemps, qui voit grimper d’un cran les températures sur les rives de la Méditerranée, s’accompagnera vraisemblablement d’un réchauffement dans les rapports entre la France et le continent africain. Des relations pas toujours à marquer du sceau de l’entente et de la compréhension. Le sommet prévu sur la côte niçoise s’offre donc comme une table de réconciliation autour de laquelle les points de discorde et de divergence trouveront matière à débat et peut-être à résolution. Pour le cas des relations algéro-françaises, nul doute que la participation de Bouteflika à ce sommet est un signe d’apaisement à inscrire dans le registre des relations bilatérales, lourd de contentieux. Le chef de l’Etat algérien ouvre donc, par ce pas, une nouvelle page avec Paris après une longue bouderie qui s’est exprimée des deux rives de la Méditerranée, soit par un retour cyclique sur l’histoire commune, soit par une absence d’échange de visites à haut niveau. Bouteflika n’a d’ailleurs eu de cesse de reporter sa visite officielle en France depuis 2008, il a même refusé un tête-à-tête avec Sarkozy à New York en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

C’est dire l’ampleur du malaise qui mine depuis quelques années les rapports entre les deux pays. Alger avait aussi décliné la demande de visite exprimée par les ministres français de l’Immigration et de l’Identité nationale et celui de l’Intérieur, mais aussi celle émise par le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. Ce dernier n’a pas caché sa « déception » en déclarant que les relations algéro-françaises iraient mieux avec le départ du pouvoir algérien de la génération d’avant - l’indépendance. Une remarque qui n’a pas laissé Alger de glace et a eu pour conséquence une nouvelle crispation des rapports avec Paris.

Cette dernière année a été particulièrement riche en coups et contrecoups exhumant les vieux démons d’une relation tiraillée entre un passé douloureux et un présent semé de doutes. De l’affaire Mecili à celle des moines de Tibhirine avec la réouverture des dossiers classés de la défense, en passant par les victimes des essais nucléaires français non indemnisées, pour arriver à l’inscription de l’Algérie sur la liste noire de pays exportateurs de populations à surveiller de très près, et finir avec le projet de loi criminalisant le colonialisme, les relations algéro-françaises ont été pour le moins tendues. L’AFP, qui cite une source de la présidence française, souligne que Bouteflika devrait s’entretenir avec son homologue Nicolas Sarkozy : « La présence de M. Bouteflika est confirmée… Il n’est pas prévu à ce stade d’entretien bilatéral, mais il est évident que les deux Présidents se verront et se parleront », est-il indiqué. Voir un face-à-face Bouteflika-Sarkozy lors de ce Sommet de Nice est en soi un fait devant susciter commentaires et attentes.

 Source El Watan Nadjia Bouaricha

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires