Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 03:03

Algérie - La production algérienne de GNL a chuté de 20%

gaz arzew

 

Elle n’était jusqu’ici qu’une rumeur, la baisse de la production algérienne du gaz naturel liquéfié (GNL) vient d’être confirmée par le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi.
Depuis Vienne, capitale autrichienne où s’est tenue, jeudi, une réunion au niveau ministérielle de l’OPEP, le ministre a indiqué que la capacité de production devrait revenir à la normale dans quelques mois. D’après les explications fournies par le ministre à l’agence Reuters, la baisse de la production algérienne de GNL «est due à un accident» sur l’un des quatre complexes. La baisse de la production est estimée à près de 20%. Le cabinet américain de consulting IHS Global Insight a fait état, la semaine dernière, d’une baisse sensible du volume de la production algérienne de GNL, estimant qu’il s’agit de «niveaux inhabituels» pour un des principaux exportateurs mondiaux de GNL. Se référant à d’autres études diffusées par le cabinet américain de conseil Data Service, «cette baisse perdure depuis plusieurs mois et est due à des problèmes sur les sites de production». En effet, le ministre de l’Energie et des Mines a expliqué que la chute constatée sur la courbe de production est provoquée par un problème survenu au niveau des installations. «Nous avons eu une réduction sur nos capacités de production en raison d’un accident. La perte est équivalente à environ 5 à 6 milliards de mètres cubes/an», a indiqué le ministre, sans pour autant fournir plus de détails sur la nature de cet incident.
L’Algérie dispose d’une capacité de production de GNL estimée à 30 milliards de mètres cubes par an. Les analystes du marché du GNL, travaillant pour les deux cabinets précédemment cités, ont estimé la semaine dernière que la production algérienne du gaz naturel liquéfié «est tombée, en septembre, à son plus bas niveau cette année». La mise en service du gazoduc Medgaz, reliant l’Algérie à l’Espagne, prévue dans les mois à venir, devrait alimenter l’Europe à hauteur de 8 milliards de mètres cubes par an. D’après les analystes, ce gazoduc pourrait dynamiser davantage les exportations algériennes en GNL vers un marché «déjà bien fourni». La demande européenne de gaz a fortement chuté en 2009 en raison du ralentissement économique. Selon les déclarations de Youcef Yousfi, répercutées par l’agence de presse Reuters, «la demande mondiale de gaz devrait connaître une amélioration dès cette année et l’an prochain», ajoutant que l’Algérie était en voie d’augmenter sa capacité de production. Les experts algériens estiment que l’ALgérie «peut devenir un leader dans le GNL, mais il lui faut de l’ambition». D’après Mourad Preure, président du cabinet Emergy et expert pétrolier international, l’Algérie «doit monter des partenariats globaux incluant toute la chaîne, dont le GNL, voire faire des acquisitions d’actifs dans les leaders du GNL». D’après l’analyse qui nous a été faite par le même expert, «l’Algérie doit accéder à l’aval gazier européen et à la génération électrique de façon à ne pas subir les nouveaux volumes qui arriveront en spot du Moyen-Orient, mais à les accueillir et les considérer comme des opportunités non plas comme des menaces». C’est-à-dire que l’enjeu futur de l’Algérie est celui de se placer comme acteur énergétique non plus comme source.
Source TSA Ali Titouche
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires