Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 05:46

Des ponts sur la Méditerranée et des projets

Bruno-Suzzarelli-directeur-du-Mucem.jpg

 

Dans le cadre de Marseille - Province 2013, une rencontre sera organisée aujourd'hui à 14h30 à l'IFA en vue d'évoquer les échanges culturels à développer entre les deux rives de la Méditerranée.

Thierry Fabre, est un écrivain, journaliste et politologue français qui œuvre à la promotion d'un universalisme méditerranéen. Il est rédacteur en chef de la revue phocéenne La pensée de midi et fondateur et organisateur des « Rencontres d'Averroès », qui se tiennent chaque année sur le littoral méridional depuis 1994.

Ce n'est pas fortuit si le responsable du développement culturel et des relations internationales du Mucem (Musée des civilisations et cultures méditerranéennes), mais aussi commissaire de l'exposition «Le Noir et le Bleu, un rêve méditerranéen sera ce samedi à Alger, pour animer une conférence à LIF d'Alger.
Un signe fort du double désir coopération algéro-française quand on sait que ll'ouverture officielle de l'événement phare - Marseille - Province, capitale de la culture européenne a été inauguré dans ce chef-lieu du patrimoine et de la civilisation méditerranéenne. C'est aussi un signe fort du double désir de coopération entre les deux pays respectifs, l'Algérie et la France.
D'ailleurs, lors notre séjour à Marseille, le 13 janvier dernier, où nous avions assisté à lancement officiel de cette manifestation au Mucem, même son directeur avait émis un vif souhait d'une coopération entre son musée et le nôtre, le Mama en vue d'un «échange fructifiant et de partage entre nos deux mondes culturels chargés d'un passé commun indéniable».
Bruno Suzzarelli nous avait déclaré dés lors son «envie constituer un réseau d'amis et de partenaires dans tous les pays de la Méditerranée et notamment avec l'Algérie», arguant «qu'entre Alger et Marseille, il y a une longue habitude de coopération, et nous, au Mucem, nous allons pleinement y participer».
Aussi, nous avait il confié sa démarche ou méthode de travail bilatéral, autrement dit «dans les deux sens, c'est-à-dire, on peut tout à fait accueillir des projets qui viennent d'Algérie, comme on peut faire circuler les nôtres en Algérie...»
Ainsi, à l'heure où Marseille est capitale européenne de la culture, une traversée parmi les imaginaires et les représentations de la Méditerranée, se déroule actuellement au prisme de la grande exposition inaugurale du Mucem, «Le Noir et le Bleu, un rêve méditerranéen».
Une traversée qui se veut en images, vue des deux côtés du miroir...en attendant une autre entre artistes et porteurs de projets artistiques des deux côtés de la mer.
Pour sa venue à Alger, Thierry Fabre, évoquera aujourd'hui, à partir de 14h30, à Lifa, les échanges culturels à développer entre Marseille et l'Algérie, cette dernière comptant parmi les partenaires privilégiés du Mucem.
Il est bon à savoir que Thierry Fabre, est le créateur des Rencontres d'Averroès, et a dirigé pendant dix ans la revue littéraire et de débats d'idées La pensée de midi.
Il est également essayiste et a notamment publié Traversées (Actes Sud, 2001, Grand Prix littéraire de Provence) et Éloge de la pensée de midi (Actes Sud, 2007). Gageant que cette rencontre sera riche en échanges et se soldera par des idées constructives des deux côtés de la Méditerranée.
Notons qu'en juin prochain, le Mucem, dernier-né des musées nationaux, ouvrira ses portes au public de Marseille.
Son inauguration constitue réellement un événement. L'Algérie est un partenaire de choix pour le Mucem. Sa création est, nous indique t-on, un élément structurant de cette capitale et, bien au-delà de 2013, car il contribuera à faire rayonner Marseille et sa région dans le monde.
Plus encore qu'un musée, le Mucem est «une cité culturelle, s'appuyant sur toutes les disciplines des sciences humaines, mobilisant les expressions artistiques des deux rives de la Méditerranée.
Une manière nouvelle de considérer la Méditerranée comme un espace d'ouverture et de partage, d'envisager une histoire commune, percevoir le dialogue des civilisations, expliquer les enjeux, donner leur profondeur de champ aux phénomènes contemporains et façonner un nouvel espace public» souligne encore son directeur Bruno Suzzarelli. Pour info, sachez que le Mucem, c'est... 4700 m² de surface d'exposition.
«Le Noir et le Bleu, un rêve Méditerranéen» explore les différentes facettes du rêve méditerranéen à travers le temps, du XVIIIe siècle avec l'expédition de Bonaparte en Egypte au XXIe siècle.
Une section contemporaine expose les visions d'avenir d'artistes d'aujourd'hui. Un itinéraire partagé entre ombre et lumière, entre barbarie et civilisation, entre le Noir et le Bleu. Une invitation au voyage à travers une traversée des imaginaires.
L'exposition associe des peintures (Goya, Miró...), des photographies, des sculptures et des documents originaux - manuscrits
et livres rares, revues, affiches et journaux, images d'archives, de documentaires et de fi ctions - dans un parcours fait de récits qui nous fait entrer dans la diversité des représentations de la Méditerranée, d'une rive à l'autre.
Le Mucem c'est aussi des activités en été en plein air, mais aussi des projections cinéma.
En effet, le Mucem propose, tout au long de l'été, une programmation rythmée par des temps forts. Dans les espaces extérieurs du Fort Saint-Jean, des rendez-vous seront donnés à partir de 19h, l'heure où le musée ferme ses portes: des apéros-concerts, cinéma en plein air, paroles et lectures, etc.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires