Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 02:27

L’UDES de Bou-Ismaïl met au point son 1er prototype - Un capteur solaire made in Algeria

energie solaire

 

Il s’agit là d’un «véritable défi» relevé par les responsables de l’unité de recherche en équipements solaires, d’autant que c’est un «produit 100% algérien fabriqué en collaboration avec des partenaires algériens».

L’unité de développement des équipements solaires (UDES) de Bou- Ismaïl (Tipasa) a mis au point son premier prototype de capteur solaire pour le chauffe-eau, dont le montage est à sa phase finale au niveau de l’atelier mécanique de l’unité de recherche, a-t-on appris auprès de sa directrice, Mme Nachida Kasbadji Merzouk.

La réalisation de ce capteur solaire, qui est une installation pilote, est destinée à la réalisation de chauffe-eau solaire et d’équipements de froid solaires, a-t-elle précisé à l’APS.

Pour elle, il s’agit-là d’un «véritable défi» relevé par les responsables de l’unité de recherche en équipements solaires, d’autant que c’est un «produit 100% algérien fabriqué en collaboration avec des partenaires algériens», s’est félicité Mme Kasbadji.

Le capteur, qui va fonctionner à l’énergie solaire grâce aux panneaux photovoltaïques, a été mis au point avec ses deux composantes, à savoir l’installation pour le captage des rayons solaires au niveau de la terrasse de l’unité et sa cuve de stockage qui utilisera le traitement par photo-catalyse.

L’UDES est une unité de recherche destinée à concrétiser des prototypes de recherche en énergie renouvelable dans différents domaines comme le froid solaire, le séchage, le dessalement, les applications photovoltaïques, le chauffage de l’eau ainsi que l’éolien.

Elle met à la disposition des entreprises publiques et privées des équipements de conversion d’énergies renouvelables dans un souci d’économie d’énergie, d’apport énergétique et de développement durable, a rappelé sa directrice.

C’est dans cet esprit que plusieurs conventions ont été signées entre son unité de recherche et l’entreprise Naftal pour la réalisation d’équipements solaires dont une centrale photovoltaïque pour la production d’électricité d’une capacité de 7 KW.

Ce contrat a déjà abouti à l’installation de six chauffe-eau solaires au niveau de la station Naftal de Yellel dans la wilaya de Relizane, a-t-elle indiqué, en annonçant qu’un autre projet d’alimentation en éclairage solaire de 16 stations d’essence, situées sur le tronçon de l’autoroute Est-Ouest, sera lancé prochainement.

En plus de la mise en place de ces équipements solaires, la responsable de l’UDES a ajouté que l’aspect scientifique et de mesure sera mis en exergue dans les projets en cours et, par conséquent, au niveau de ces stations qui seront instrumentées pour étudier le comportement des capteurs des installations sous divers climats et en toute saison.

La directrice de l’UDES de Bou-Ismaïl a fait part également d’un autre projet «en cours de maturation» avec l’Office national de la météorologie (ONM) pour l’installation, au sein de cette unité de recherche, d’un point de mesure du réseau national qui va permettre d’utiliser les données météorologiques pour le dimensionnement des prototypes solaires.

S’agissant de la convention signée avec l’Office national de l’assainissement (ONA) relative à l’éclairage extérieur de la station de traitement et d’épuration des eaux usées du Chenoua, Mme Kasbadji a indiqué que celle-ci «va être réalisée prochainement et sera poursuivie par la mise en place d’un prototype de désinfection des eaux d’assainissement par photo-catalyse solaire».

L’UDES est organisée autour d’une soixantaine de chercheurs répartis entre deux divisions, la première dédiée aux équipements de froid et au traitement des eaux par l’énergie renouvelable et la seconde réservée aux énergies renouvelables organisées autour de quatre ateliers: électricité, électronique, électromécanique et automatique, fabrication des équipements solaires, mécanique et enfin celui de la menuiserie métallique générale.

L’unité a été créée en 1998 et dépend de l’Entreprise publique à Caractère scientifique et technique (EPST) intégrée au Centre de développement des énergies renouvelables (CDER).

Elle dispose de deux sites : celui de Bou-Ismaïl avec 20 000 m2 qui fera prochainement l’objet d’une extension pour créer une plateforme d’expérimentation des équipements, et celui d’El Hamdania à Cherchell (10 800 m2) qui va faire l’objet d’une opération de réhabilitation après avoir été fermé pendant plus d’une décennie.  

Source Le Jour d’Algérie Amine C.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires