Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 04:22

Algérie - Population otage de l’enclavement à Tipasa, la commune de Menaceur aspire au développement

Menaceur.jpg

 

Des écoliers sont contraints de parcourir des kilomètres pour rejoindre leurs écoles.

Des écoliers des douars de Bouyacoub et de Bouharb rencontrent les plus grandes difficultés pour regagner leurs écoles situées dans l’agglomération rurale, Tamloul, qui relève de la commune de Menaceur (Sidi Amar).
Les axes routiers deviennent impraticables lors de la saison des pluies. En raison de l’obscurité, de l’absence de transport et par crainte d’agression, les familles de ces zones montagneuses empêchent leurs progénitures, surtout les filles, de rejoindre l’école.
Le chef de l’exécutif de la wilaya avait instruit la direction des travaux publics de réaliser en urgence les dalots afin de pouvoir traverser les oueds et les rivières et achever l’aménagement des voies d’accès, pour permettre aux populations de cette zone rurale de l’extrême-sud de la commune de Menaceur de se déplacer avec moins de difficultés.

Une enveloppe financière d’un montant de 50 milliards de centimes avait été affectée à la commune de Menaceur pour l’investir dans les réseaux routiers, en vue de compléter le maillage entre les douars et le chef-lieu de la commune.
Tamloul est une agglomération rurale importante habitée par plus de 4000 habitants. Ces derniers souffrent du déficit en logement, en alimentation en eau potable et en réseau d’assainissement, d’un réseau électrique qui ne couvre pas toute la zone, de la surcharge des classes dans l’unique école primaire, de l’absence de réseaux pour les liaisons téléphoniques et d’activités culturelles et sportives.

Contacté par nos soins, le P/APC de Menaceur déclare : «Nous avons 600 logements ruraux occupés par les familles, mais qui ne sont pas raccordés au réseau électrique. Ici à Tamloul, il n’y a pas d’alimentation en eau potable, l’Internet n’est pas encore arrivé dans cet important village de ma commune, bien que le nombre de la population soit élevé à cause d’un taux de natalité important et ne possède qu’un seul bus pour le transport scolaire. La commune n’arrive pas à répondre à la forte demande des familles de Tamloul et encore moins à la couverture du réseau téléphonique».

Les enseignantes de l’école primaire Zouaoui Ahmed de Tamloul affichent, de leur côté, un ras-le-bol du wali de Tipasa qui leur a rendu visite inopinément, à l’occasion de sa visite dans la daïra de Sidi Amar, mardi dernier. «Nous n’avons pas d’eau, les odeurs nauséabondes qui se dégagent des toilettes sont à l’origine de certaines maladies dans cette école primaire qui compte 304 élèves. Nous avons des classes surchargées et inadaptées aux élèves malades. Les chauffages à mazout ne fonctionnent pas. Le mobilier pédagogique est dégradé».

Le chef de l’exécutif de la wilaya de Tipasa a immédiatement instruit les autorités locales de la commune et de la daïra à prendre en charge les préoccupations des élèves et de leurs enseignantes, d’abord par le recrutement d’un personnel dans le cadre du filet social pour s’occuper du nettoyage de cet établissement scolaire, l’affectation d’une citerne à eau, le nettoyage des chauffages dans les classes, la fermeture de la classe préscolaire qui fonctionne dans cette école avec 17 élèves, pour la transformer en une classe pour décharger les autres.

Concernant les logements ruraux, des explications avaient été fournies aux citoyens afin qu’ils se rapprochent des services de la daïra de Sidi Amar, afin de remettre les documents nécessaires pour l’obtention de l’aide de l’Etat.
Toujours à Tamloul, un terrain sportif de proximité est déjà dans un état lamentable 2 mois seulement après l’achèvement des travaux. «Il n’est pas question de payer l’entreprise. Ce stade devra être reconstruit selon les normes requises», ordonne le wali.

Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires