Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 06:22

A l’approche de l’Aïd El Fitr, rush dans les magasins de prêt-à-porter : Un parfum de fête à Hadjout

commerce alger

 

Les commerces spécialisés dans l’habillement et les jouets à Hadjout, wilaya de Tipasa, connaissent, ces jours-ci, une affluence qui sort de l’ordinaire. Cette tendance qui a été déjà perceptible avant la fin de la première semaine du mois de Ramadhan va désormais crescendo.

En effet, nombreuses sont les familles habitant Hadjout et celles des localités environnantes qui prennent d’assaut, dès le début des soirées, les rues commerçantes de la ville, notamment la grande avenue 1er-Novembre et les ruelles adjacentes, particulièrement celles donnant vers le fait le choix dès maintenant de faire la localisation. Si une tenue plaît à l’un de mes enfants, je la commande d’avance chez le commerçant en lui versant évidement des arrhes. Ainsi, si le prix de la tenue augmente d’ici quelques jours, je l’aurai au tarif actuel. C’est ce qu’on appelle prendre une longueur d’avance», dévoile une autre dame.
Outre les mères de famille, les jeunes, filles et garçons, ne sont pas, eux aussi, en marge de la tendance actuelle. Par groupes, ils déambulent de vitrine en vitrine en quête des fringues qui tiennent le haut de la fiche de la mode. Seulement avec les prix affichés, rares sont ceux et celles qui mettent la main dans la poche. «Il y a un instant, j’ai repéré un jean à 3.500 DA et des baskets à 7.400 DA.
Je me suis arrangé avec le commerçant pour qu’il me cède le tout à 10.400 DA. Normalement, je reviendrai le voir la semaine prochaine. D’ici ce jour-là, j’aurai toute la somme. Mon père m’a promis de me donner 6.000 DA et mon oncle 5.000 DA. Je peux dire que l’affaire est en poche», avoue joyeusement Yacine, un adolescent de Hadjout. Son ami, Yazid, par contre se contentera, pour fêter l’Aïd, d’un jean neuf. «J’ai déjà une très belle paire de chaussures encore neuve. Alors, au lieu d’acheter d’autres souliers et un pantalon, j’ai jugé bon de me contenter d’un très bon jean, certes cher, mais de bonne qualité», avoue-t-il. En somme, les soirées ramadhanesques à Hadjout, en plus de la prière des tarawih et les réunions grouillantes dans les placettes et autres cafés, sentent également le parfum de l’Aïd.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires