Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:03

Koléa - Les voleurs de câbles téléphoniques opèrent au cœur de la ville

vol-de-fil-cuivre-electricite_.jpg

Quatre malfaiteurs, dont deux repris de justice, viennent d’être présentés au procureur de la République de Koléa pour le délit de constitution d’un groupe de malfaiteurs, vol de câbles téléphoniques et destruction de biens publics.
L’administration des téléphones et des télécommunications de Tipasa et le parc de la mairie de Koléa ont déposé récemment une plainte pour dégradation des installations de téléphone et de télécommunication et vol d’une importante quantité de câbles téléphoniques. La bande de malfaiteurs opérait au cœur de la rue Bounatiro, sur le parcours du quartier appelé route d’Alger et dans plusieurs quartiers urbains, notamment Haï Belkass. Selon les informations communiquées par la cellule de communication de la police de Tipasa, la plainte déposée avait permis de reconstituer la technique du vol. Deux membres de la bande s’engouffraient dans les canalisations qui protégeaient les câbles à l’intérieur de grosses gaines, situées au cœur de la voirie urbaine protégée par des tampons regards et menant vers d’autres accès et aux voies souterraines, un troisième jouait le rôle de guetteur, tandis que «l’équipe» opérait en toute tranquillité, en découpant les câbles qui servaient à la communication des signaux téléphoniques. Outre les P et T, le parc de la mairie de Koléa, fut, quant à lui, délesté d’une importante quantité de câble stocké et inventorié. Le dénommé D. M., surnommé «le Chauve», était chargé du transport de «la marchandise» à l’aide de sa camionnette bâchée. Les autres «découpeurs et voleurs» de câbles, en l’occurrence H. H., âgé de 19 ans, repris de justice, ainsi que H. A., 23 ans, également repris de justice et B. A., un gardien de profession âgé de 24 ans, furent interceptés la nuit par la police lors d’une patrouille de routine à Koléa, aux environs de 23 h, et surtout en procédant aux investigations dans le cadre de cette affaire. Selon la police, c’est grâce aux aveux du chauffeur de la bande, D. M., que tous les autres malfaiteurs, ont été interceptés et plus de 120 mètres de câbles téléphoniques récupérés. La plus grosse quantité volée fut certainement écoulée, car la plainte fait état de plusieurs centaines de mètres disparus.

Source Le Jour d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires