Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 05:52

Hadjout (Tipasa) - Bataille rangée entre bandes rivales

hadjout chemin de Menaceur

La semaine dernière, la ville de Hadjout, située à 80 km d’Alger, a connu l’horreur d’une sanglante bataille rangée entre deux bandes rivales qui s’était soldée par trois blessés avec arme blanche.
A l’origine de cette tragédie la découverte à minuit, à la périphérie populeuse de Hadjout, d’une personne gravement blessée gisant à même le sol dans une mare de sang. Il s’agit de M.S., un homme de 34 ans, un repris de justice, demeurant au lieu-dit «Sentier du cimetière chrétien», à Hadjout, une agglomération composite, où règnent la construction illicite et des habitats précaires. Ce jeune homme, selon les déclarations de la police de Hadjout, transporté aux urgences par les éléments de la Protection civile, a pu être réanimé. Il a cependant refusé de dévoiler le nom de ses agresseurs. Dans la nuit de cet événement, un jeune homme, le dénommé B. M., 29 ans, chômeur, s’est présenté aux policiers de Hadjout, demandant à être placé sous leur protection, car une bande rivale, à laquelle appartenait le blessé de la nuit précédente, menaçait de le tuer. Il convient de signaler que c’est la loi du silence qui prévaut chez ces bandes de malfaiteurs et dans ces lieux malfamés. Le dénommé B. M. a avoué qu’il appartenait à une bande rivale constituée de quatre personnes, en majorité des chômeurs, placée sous la responsabilité d’un quinquagénaire. W.A., 50 ans, marié et père de 6 enfants. B. M. a déclaré que ces derniers s’apprêtaient à organiser une beuverie lors de cette soirée et qu’ils avaient élu domicile dans un lieu isolé pour s’adonner à leur vice favori. Malheureusement, ce lieu a été squatté par une autre bande rivale, constituée essentiellement de quatre repris de justice, ayant une moyenne d’âge de 24 ans et dirigée par M.S. 34 ans, un repris de justice notoire. Notre source nous a précisé que la zone choisie par cette bande rivale était destinée à la construction illicite de 2 habitats précaires. Ne voulant pas lâcher prise, chaque bande défendait bec et ongles ce territoire devenu subitement intéressant et l’objet d’enjeux. Lors de la troisième nuit qui a suivi l’altercation, la bande des repris de justice s’est présentée au domicile de B. M., qui s’était placé sous la protection de la police, l’accusant d’avoir dénoncé à la mairie et à la police la construction des deux habitations précaires. Ainsi, aux environs de minuit, une bataille rangée opposa les membres des deux bandes, où se mêlaient les bruits et les chocs des sabres, couteaux, barres de fer, fusils à harpon dans un vacarme aux cris et hurlements des femmes apeurées et les vaines prières des vieux en direction de ces fous furieux. Le voisinage, qui ne voulait pas se mêler directement à cette sanglante vendetta, a quand même appelé police secours. Près de vingt policiers s’interposèrent et encerclèrent ces furieux. Sept membres de ces bandes furent placés sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur de Hadjout. L’un d’eux est toujours en fuite.
Source Le  Soir d’Algérie Houari Larbi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires