Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:41
22 chars chargés de symboles

 

 

char_tlemcen.jpg

La grande parade qui a eu pour théâtre la ville des Zianides, vendredi, à la veille de l’ouverture officielle de la manifestation «Tlemcen capitale de la culture islamique», a drainé beaucoup de monde. Des familles, des artistes invités, des étudiants et surtout des jeunes qui n’ont pu, hélas, pour la plupart, que suivre de loin le spectacle. Ils étaient tellement nombreux qu’ils ne manquaient pas de créer une véritable cohue au passage des troupes d’exhibition.

 

Ces dernières offraient un véritable kaléidoscope du riche patrimoine de la civilisation de l’Islam qui s’est étendue des fins fonds de la Presqu’île arabique aux portes de l’Europe à l’ouest et en Asie à l’est. Les vingt deux chars – en fait 24 si l’on inclut au passage ceux des artistes qui ont confectionné le spectacle et qui ont fermé la marche –  ont sillonné la ville des Zianides, l’illuminant, lui donnant une note de fraîcheur, de gaîté, par des couleurs multiformes. Les youyous fusaient à l’approche des chars. On s’amuse même à «reconnaître» les Ibn Batouta, Ibn Sina, Abas Ibn Farnas (notre Icare arabe). Le conquérant de l’Andalousie Tariq Ibn Ziad avait son propre piédestal. Les camions flambant neufs de la société nationale, SNVI, se sont ébranlés à partir du nouveau Palais de Justice qui devait être inauguré le lendemain, en passant par la Place de la Libération et la rue du 18-Février vers la Place Imama, terminus, fin de l’exhibition. Ces engins aux couleurs bigarrées charriant des siècles d’Histoire ont pu, d’une manière toute simple, retracer les épopées de l’Islam, ses savants, ses arts, son folklore, ses effets vestimentaires. Chacun symbolise qui un thème, qui une période de l’Histoire (les grandes conquêtes), un  domaine de prédilection, la science, les mathématiques, la médecine, l’astronomie, l’architecture…Un char est spécialement dédié aux deux lieux sacrés de l’Islam la Kaaba ainsi que la Mosquée d’al Aqsa. Un autre à l’évocation des noms d’Allah. Rien n’est laissé au hasard ; tout est emblématique, l’équitation, l’armure…Il faut montrer « toute l’étendue du patrimoine matériel et immatériel de l’Islam », son essence, sa philosophie.C’est une véritable armée de techniciens décorateurs, d’artistes, de danseurs, de calligraphes qui ont été derrière cette prouesse artistique qui restera gravée dans les mémoires. 596 artistes, des maquettistes, des décorateurs, des infographes y ont travaillé d’arrache pied affinant le moindre détail. 39 équipes techniques, des Libanais, des Syriens, des Italiens, le must des spécialistes en matière de décor.  Les Algériens n’ont pas été «exclus» puisque vingt techniciens spécialisés en jeux de lumières et effets spéciaux ont contribué  à la confection et à l’habillage des chars aux côtés des 33 techniciens sortis de l’Ecole des Beaux-Arts et des 35 artisans locaux. Les concepteurs disent qu’ils ont été largement influés par les expériences passées, l’année de la culture arabe organisée à Alger en 2007 et le second festival africain de 2009. C’est un grand faste qui est étalé mais à la mesure de ce qu’a été la civilisation musulmane. Les responsables qui n’ont pas voulu laisser l’événement sombrer dans e solennel, l’officiel ont tout fait pour que le spectacle se «jette» dans la rue, associe tous les citoyens qui ont été sensibles à cette invite.

Les troupes de Mauritanie, du Cameroun, du Maroc ou de Bordj Menaïel, Sidi Bel Abbès étaient longuement ovationnées. On répétait, à tue-tête, de concert avec les artistes le refrain «Yahia ouled Bladi» entrecoupé d’applaudissements nourris au final. Les Tlemcéniens regrettaient vraiment déjà que cette symphonie de couleurs et de sons fut si brève. 

Source Horizons K. Daghefli.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires