Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 00:17

Le tourisme en Algérie est beaucoup plus un discours qu'une réalité.

Bateau enmtv

 

L'on parle;  l'on parle sans cesse, et l'on investit des sommes faramineuses, mais la destination Algérie peine toujours à  s’imposer.

Rien que pour l'année 2012, 629 projets sont en cours de réalisation, et seraient réceptionnés  avec 66 000 lits dans les grandes villes, telles qu'Alger et Oran. Et à l'horizon 2015, le ministère du Tourisme compte, à travers le plan d'orientation qui s'étend jusqu'à 2030, attirer quelque 2,5 millions de touristes par an. C'est du moins ce qu'a indiqué le directeur de l'investissement au ministère, M. Abderraouf Khalef. Réalisable? Utopique?

 En tout cas, à scruter minutieusement les réalités du terrain et tous les obstacles qui freinent déjà outrageusement le secteur, l'on ne peut que souhaité bonne chance aux concepteurs de l'ambitieux projet.

A examiner le potentiel de l'Algérie en la matière, côté sites touristiques, biodiversité, climat, artisanat, histoire…l'on se rend compte que parler de 2,5 millions de touristes par an serait presque une insulte à la richesse du pays. Mais à prendre en considération d'autres donnes indépendantes de la beauté de l'Algérie, les 2,5 millions, devient effectivement un rêve dont il faudrait ne parler qu'avec enthousiasme, et les raisons sont probablement plus nombreuses que les étrangers que nous recevons annuellement.

Insécurité

Un touriste est, par définition, porté sur la  découverte, et la  détente. Qu' offre notre pays dans ces domaines? Rien ou peu. Le désert algérien, qui, lui seul, peut inciter des millions d'étrangers à vider leurs bourses, est devenu, -c e n'est un secret pour personne et moins encore pour ces mêmes étrangers- un lieu de rapt par excellence. Le nord algérien n'est pas en reste. Si les terroristes s'y font moins ressentir, d'autres formes de criminalité, et à leur tête le banditisme, ont vu le jour. Ainsi les armes blanches, qu'on croyait appartenir à une ère révolue, sont transportées par nos jeunes en plein jour. Il serait faux d'ailleurs de croire que les étrangers sont peu informés là-dessus, et l'épisode Wikileaks nous a largement donné la preuve. Nous savons, en outre, que nombre de gouvernements européens ont appelé ouvertement leurs ressortissants d'éviter le sol algérien.

Extrémisme

Un fait réel qui s'est passé en plein cœur d'Alger : une Européenne, venue en touriste, eut envie de se griller une cigarette dans la rue même. Pis encore : cette envie la saisit avant l'appel du muezzin à rompre le jeûne, c'était, tant pis pour l'Européenne, le mois de carême. L'européenne sera lynchée, humiliée, battue… par des hommes si forts, si fanatiques. Elle n'était pourtant pas musulmane, juste une touriste européenne ! Des histoires comme celles-ci ne sont que trop nombreuses en Algérie. A cela s'ajoutent des restrictions, -d'ordre culturel au sens large du terme-, à ne pas finir pour les touristes. L'Algérien semble dire : "  faites comme chez moi et n'oubliez pas que vous êtes chez-moi ". Les libertés individuelles ne sont pas -nous n'apportons rien de nouveau-respectées.

C'est comme si l'on voulait des touristes ne buvant que du lait et de l'eau, ne mangeant que des dattes, ne s'habillant qu'en musulmans et ne parlant que la langue officielle.  "Le tourisme est toute une culture que nous, Algériens, ne possédons pas", se désole un chef réceptionniste exerçant dans un hôtel qu'on qualifie de luxe. 

Infrastructures médiocres, cherté et culture hôtelière inexistante

Nos hôtels -méritent-ils au moins l'appellation d’"hôtels" ?- ils sont plus dortoirs pour la plupart. Et les prix sont inabordables, et les commodités sous terre ! Même d'ailleurs les nationaux préféreront les pays voisins. En effet, nul n'ignore qu'une nuitée dans un hôtel "luxueux" en Algérie équivaut, en argent, à 15 jours en Tunisie ! Il faut aussi parler de la qualité de l'accueil ! Le ministère œuvre, dans ce contexte, en collaboration avec l'Organisation Arabe du Tourisme, à former les jeunes algériens dans le domaine touristique en vue de développer leurs capacités en la matière. Leur apprendra-t-on à être gentils, communicatifs et accueillants ? En tous cas, on dit de nous trop fiers pour se "rabaisser" devant un étranger, même s’il est effectivement disposé à débourser une fortune ! Mais s'agit-il de se rabaisser ? Atteindre 2,5 millions de touristes ? Vous convenez que ce n'est pas une tâche facile, voire utopique ! A rappeler aussi que dans ce chiffre sont comptabilisés les émigrés algériens, donc on peut estimer qu'il n'y a pas vraiment le feu ! On nous dira d'ailleurs, en 2015, pourquoi nous n'avons pas pu l'atteindre à condition que le calendrier Maya soit une farce américaine.   

Source Les Débats Hamid  Fekhart

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires