Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 07:37

Le forcing des anciens

ait ahmed

 

Djamel Zenati, Saïd Khellil et Mustapha Bouhaddef seraient invités à prendre part à une grande rencontre annoncée en Kabylie.

Il y a des débats qui ne sont pas les bienvenus à la maison FFS. Certains sujets relèvent carrément du tabou, témoignent plusieurs anciens cadres du parti. Néanmoins, ces derniers ont décidé de ne plus se taire. Cela explique, d'ailleurs, les rencontres et les débats qui regroupent des cadres du FFS élargis aux anciens responsables. Ces derniers veulent, apprend-on de sources sûres, imposer un débat serein et fructueux au sein de leur parti pour sortir du statu quo et remettre les rangs de leur formation en ordre de bataille même s'ils sont confrontés à la colère de leur chef. Ainsi, Djamel Zenati, Saïd Khellil et Mustapha Bouhaddef sont, vraisemblablement, invités à y prendre part.

A ce sujet, on apprend que des contacts sont entamés et d'autres en cours pour regrouper tous les anciens cadres du FFS. «Il faut que le FFS prenne en charge ces militants et cadres et cesse de refaire une virginité à des anciennes têtes du régime pour en faire des modèles et des candidats présidentiables sous les couleurs de notre parti», ajoute notre source. Pourtant, il s'agit de cadres qui ont grandi et évolué au sein du FFS, aussi bien durant la clandestinité, qu'après l'ouverture politique.

Plusieurs cadres ont payé d'ailleurs le prix fort pour avoir osé discuter les décisions de la direction du FFS. Il est donc difficile aux cadres et militants du Front des forces socialistes de critiquer la ligne du parti, surtout les décisions du chef charismatique, Hocine Aït Ahmed. Pas moins de 144 cadres du parti sont ainsi menacés de sanctions et d'exclusion manifestement décidées par le FFS. Leur tort était d'avoir saisi leur président quant aux dérives de l'actuelle direction qui menacent la ligne directrice du vieux parti d'opposition.

Bien avant eux, de valeureux cadres du FFS ont payé chèrement le prix de leur engagement politique. Ainsi, Saïd Khellil a été contraint de rendre le tablier pour avoir contesté des décisions prises à son insu par le parti, alors qu'il était premier secrétaire national du FFS.

«J'ai quitté le FFS, car des décisions qui engagent le parti et son avenir ont été prises sans que je sois informé» a déclaré, à L'Expression, l'ancien premier secrétaire du FFS, Saïd Khellil, avant de soutenir que la rencontre de Sant'Egidio, où se sont réunis huit partis algériens a été organisée et décidé par Hocine Aït Ahmed sans qu'il prenne le soin de m'informer de sa tenue en tant que premier secrétaire du FFS. «Je l'ai su à travers la presse», a-t-il regretté. Pour rappel, Saïd Khellil a quitté le FFS accompagné de tout un groupe de cadres, en l'occurrence les Drs Saïd Hammedani et Boussad, Yakoub et Rachid Hallat.

Le même scénario s'est reproduit avec Mustapha Bouhaddef. Ce dernier s'est retrouvé, à son tour, contraint de démissionner pour avoir refusé certains cadres dans son équipe au secrétariat national. Cela sans oublier Djamel Zenati, ancien directeur de campagne de Hocine Aït Ahmed durant la présidentielle de 1999, architecte de la fameuse action du retrait des dix candidats à la veille de la présidentielle.

Djamel Zenati, qui constituait l'un des principaux moteurs mobilisateurs au FFS durant des situations décisives dans la vie politique du parti, a fini par être traité de «militant de proximité» par l'actuelle direction pour avoir donné son avis au sujet des précédentes élections législatives.

M.Zenati a estimé que ces élections n'étaient en fait qu'une «vulgaire course aux sièges, qui s'inscrit dans un processus qui ne s'arrêtera pas avant qu'il n'atteigne son objectif, à savoir la présidentielle de 2014». Cela étant, la direction du FFS acceptera-t-elle le débat politique et respectera-t-elle l'avis des uns et des autres? En réalité, ce sont les vrais idéaux pour lesquels le FFS s'est battu depuis 1963.

Un débat qui n'a rien à voir, bien sûr, avec l'invective, sans que cela soit également considéré comme étant un affront. A ce sujet, Lahouari Addi, connu pour sa proximité avec le FFS dira: «Si le FFS est d'abord comptable devant ses adhérents, il doit accepter que les citoyens de notre pays, devant lesquels tous les partis comptent se présenter, débattent de ses positions.»

Dans le même contexte, il a aussi soutenu que «de mon point de vue, soit le FFS se retire de cette fausse Assemblée nationale, soit il se discrédite complètement.» Et d'expliquer: «Il faut que le FFS se retire pour préserver son image, car il va y avoir du nouveau. Le régime algérien est usé et l'Algérie a besoin d'un régime nouveau.»

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires