Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 05:52

Plus de peur que de mal

seisme-accelerogramme-msila

 

La radio locale qui n'émettait pas à l'heure du séisme, a été réactivée permettant aux habitants et responsables de communiquer.

Un séisme de magnitude 5,1 sur l'échelle de Richter a secoué la région de Béjaïa aux environs 00h 15 dans la nuit de mercredi à jeudi. L'épicentre du tremblement a été localisée en mer à 9 km au nord-est de la wilaya de Béjaïa. Le Centre algérien de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), a annoncé une magnitude de 5,1 sur l'échelle de Richter.
Le bilan fait état de cinq personnes blessées vraisemblablement par le mouvement de panique parmi les habitants. On dénombre également des dégâts matériels liés à l'effondrement de plafonds et de fissures dans les habitations. Les vieux bâtis de l'ancienne ville de Béjaïa ont subi des fissures et dommages légers. Les habitants surpris dans leur sommeil par la secousse ont passé une partie de la nuit à la belle étoile soit dans leurs voitures. La première secousse qui a été ressentie vers 00h15 était la plus forte. Elle a été suivie de répliques entre minuit et 1 heure 30 du matin. Des milliers de familles ont quitté précipitamment leurs domiciles pour rejoindre la rue et les parkings. Immédiatement après la première secousse, les autorités sont entrées en action. La radio locale qui n'émettait pas à l'heure du séisme, a été réactivée permettant aux habitants et responsables de communiquer. Un élan de solidarité s'est rapidement formé. Les équipes de secours et de la sécurité sont entrées en action, rassurant de plus en plus les habitants. Le Croissant-Rouge algérien et la Protection civile ont dépêché leurs équipes pour venir en aide aux sinistrés. Dans un premier temps on avait cru au pire, mais au fur et à mesure, il s'est avéré que le séisme avait fait plus de peur que de mal. Le bilan fait état de cinq blessés et un sous le choc. Le lendemain jeudi, la ministre de la Solidarité nationale, Souad Djabbalah s'est rendue au chevet des blessés à l'hôpital, visitant par la même occasion les quartiers les plus touchés par le séisme. Du plateau Amimoun, la rue du Vieillard étaient autant d'endroits inspectés par la ministre qui s'est engagée à venir en aide aux sinistrés dès que la commission de wilaya aura recensé les dégâts.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires