Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 09:28

Des terroristes et des missiles au Sud

frontiere-algerie-libye.jpg

La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont été destinataires de mémorandums détaillés.

La situation à la frontière avec la Libye est très inquiétante et relève d’un contexte gravissime. De sources sécuritaires très au fait de ce dossier, on a appris hier, qu’un important lot d’armes lourdes, dont des missiles antiaériens, a été acheminé depuis l’Est libyen à l’intérieur du territoire algérien par Al Qaîda au Maghreb islamique avec la complicité de milices touarègues. Selon les mêmes sources, au moins 700 anciens Afghans-Libyens ayant servi lors de la guerre contre la Russie, ont réussi à s’infiltrer dans les rangs des insurgés libyens, exploitant la situation anarchique qui règne dans ce pays. «Dans ces régions, la nébuleuse compte une large assistance de hauts responsables maliens», rapportent nos sources qui ajoutent que la rébellion en Libye est composée de marxistes, de terroristes d’Al Qaîda et de ce que nos sources ont qualifié d’opportunistes politiques. De nombreux dirigeants de la rébellion libyenne semblent s’accommoder de la présence, de plus en plus évidente des terroristes d’Al Qaîda dont les intérêts conjoncturels recoupent ceux de l’opposition armée anti-El Gueddafi. Aussi, le retrait du guide El Gueddafi voulu par les puissances occidentales aura des conséquences lourdes non seulement sur la Libye mais sur l’ensemble de la région. Car contrairement à certaines lectures fantaisistes, le départ du despote libyen, qui a durant tout son règne créé des clivages entre les régions et tribus, provoquera une confrontation entre la région de l’Est et celle de l’Ouest. Et rien n’empêchera les terroristes d’Al Qaîda d’exploiter le chaos libyen pour s’armer et acheminer des quantités considérables d’armes à travers des territoires incontrôlés, du Tchad jusqu’au nord du Mali. De ce fait, l’Algérie a toutes les raisons du monde de craindre le pire. C’est justement pour éviter que la situation ne s’aggrave davantage qu’elle emploie toutes ses forces pour contribuer à l’amorce d’une solution négociée de cette crise. La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont été destinataires de mémorandums détaillés à propos du risque grandissant d’Al Qaîda à l’ombre du désordre qui règne en Libye. L’inquiétude est à son comble dans cette totale confusion alors que les Etats-Unis d’Amérique marquent un net recul. C’est pour dire que la situation tend vers un véritable enlisement.

Le véritable conflit sur lequel personne ne s’est jusqu’à présent exprimé relève du différend qui a toujours existé entre l’Est et l’Ouest de la Libye. Et les armes réclamées par la rébellion, cela ne fait aucun doute, visent à faire durer une guerre des Libyens de l’Est contre ceux de l’Ouest. En un mot, le départ du colonel ne réglera en rien la situation qui prévaut dans ce pays et dont les conséquences commencent à se faire sentir considérablement en Algérie. C’est cette grande crainte du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, qui le pousse à appeler clairement les habitants du Sud à faire preuve de vigilance, soulignant que la sécurité de la région repose sur cette même vigilance des habitants. Le ministre qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la visite d’inspection d’une journée effectuée par le Président Bouteflika à Tamanrasset, a expliqué que «les habitants des régions frontalières du sud du pays, de par les relations qu’ils entretiennent avec les citoyens des pays voisins, peuvent jouer un rôle dans la sécurisation des frontières. Ils sont les mieux informés sur ce qui se passe dans les localités frontalières», ne manquant pas de souligner qu’il était le premier ministre de l’Intérieur à se déplacer jusqu’à In Guezzam, aux frontières du Niger, pour rencontrer les notables de la région.

Source L’Expression Ikram Ghioua

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires