Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 19:06

Algérie - 230 milliards de dinars seront dégagés en 2010 pour les salaires : Quelle part pour le SNMG ?

Une enveloppe de 230 milliards de dinars est prévue dans le projet de loi de finances 2010 pour couvrir la revalorisation du SNMG et l’application du nouveau régime indemnitaire des fonctionnaires.
Des revalorisations salariales attendues depuis quelques années déjà et qui seront en principe appliquées courant 2010. C’est à l’issue de la 13e tripartite réunissant le gouvernement, l’UGTA et le patronat que les travailleurs, dont 1,5 million de fonctionnaires, commenceront réellement à espérer voir leur budget familial s’étoffer quelque peu. Le rendez-vous social, qui aura lieu demain, devrait permettre de concrétiser la promesse électorale du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, de hausser le niveau des plus bas salaires. De combien, et à partir de quelle date ? Ce sera à la tripartite de le décider. Les 15 000 DA revendiqués déjà par l’UGTA en 2006 et qui n’ont pu être obtenus alors, – la 12e tripartite ayant décidé du seuil de 12 000 DA – seront-ils retenus cette fois-ci ? La partie n’est pas gagnée d’avance face au patronat qui revendique une prise en compte de ses difficultés face à un environnement miné par l’informel, la concurrence déloyale et la contrefaçon.
Sur le principe, les chefs d’entreprises disent qu’ils ne sont pas contre une hausse du SNMG, mais qu’ils espèrent que la question salariale soit traitée dans le cadre d’une politique globale prenant en considération tous les paramètres de la vie économique. Les patrons qui sont dans leur rôle, ne vont certainement pas accepter de gaieté de cœur une hausse des salaires qui les obligera à débourser plus d’argent sans contrepartie. Ils voudront être entendus en tant que partie prenante incontournable représentant quelque 400 000 entreprises. Du côté de l’UGTA, on sait d’ores et déjà, puisque Bouteflika l’a déjà annoncé, qu’au lendemain de la tripartite, la Centrale syndicale pourra faire l’annonce d’un gain salarial pour les travailleurs.
Reste à savoir quelle sera la marge de manœuvre de Sidi Saïd lorsqu’il s’agira de négocier le montant de l’augmentation ? Pourra-t-il obtenir réellement de quoi satisfaire des salariés dont le niveau de vie est en totale déperdition ? De toute façon, les augmentations de salaire au profit des bas revenus ne sont actuellement qu’une tentative de rattrapage infructueuse du niveau des prix toujours plus ascendants. Près de quatre ans après la tripartite de 2006, on aspire toujours à un SNMG de 15 000 DA, alors que les prix ont plusieurs fois doublé ou triplé et que les salariés n’ont comme lot de consolation que les prix fixes du lait et du pain. études faites sur le sujet par les syndicats démontrent qu’un salaire minimum décent devrait dépasser les 30 000 DA. Un seuil qui restera de l’ordre de l’utopie, certainement pour longtemps encore, même si la situation sociale des travailleurs se dégrade à vue d’œil et que les écarts entre les franges de la société ne cessent d’augmenter.
Source  El Watan Zhor Hadjam
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires