Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 08:30

Algérie - Union européenne: Diplomates, « diaphonies » et désavantages salés

 

UE.jpg

Miguel Angel Moratinos, ministre espagnol des Affaires étrangères qui coprésidait le 5ème Conseil d'association Algérie-UE au Luxembourg, n'a pas trouvé d'éléments négatifs dans le bilan de cinq ans de relations économiques fait par son homologue algérien. Il n'a pas vraiment tort, même s'il ne fait que son boulot de diplomate contraint, d'une manière ou d'une autre, à manier la langue d'ébène. Le ministre espagnol peut en effet constater-comme nombre d'observateurs-que, comparativement aux grosses ruades lancées ces derniers mois contre l'Union européenne et l'accord d'association-principalement par l'ancien ministre du Commerce El Hachemi Djaaboub et à un degré beaucoup moindre par Karim Djoudi-le ton de M. Mourad Medelci est particulièrement modéré. Il est vrai qu'un ministre des Affaires étrangères pense aussi politique et n'a pas à l'esprit que les chiffres-franchement désavantageux pour l'Algérie-pour apprécier le bilan de cinq ans de mise en œuvre de l'accord d'association. Le constat a déjà été fait de la différence d'appréciation-à moins que ce ne soit un partage des tâches-entre le ministre des Affaires étrangères algérien et ses pairs au gouvernement en charge des affaires économiques.          L'exercice de Mourad Medelci, qui a très officiellement demandé une révision du calendrier des démantèlements tarifaires, a consisté à doser entre le souci d'une relation politique qui semble «globalement positive» et une relation économique qui, elle, paraît «globalement négative». Les choses ont, de toute évidence, été tranchées en Algérie à la veille de la réunion du conseil d'association.  Pas de remise en cause de l'accord d'association mais on va demander un nouveau calendrier dont la possibilité était d'ailleurs prévue dans l'accord entré en vigueur en septembre 2005.

Multiples canaux et interférences

Ainsi, au plan politique, M. Mourad Medelci se satisfait du fait que l'Union européenne a, «de façon très claire», adopté la même position que l'Algérie sur le Sahara Occidental même s'il admet l'existence de «diaphonies» chez les Européens. On ne sait pas pourquoi le ministre algérien a choisi ce terme très technique de «diaphonie» pour lequel il faut nécessairement recourir au dictionnaire. Très délicieusement, Wikipédia explique qu'on «parle de diaphonie dans le cas de multiples canaux de communication ou de données, là où l'un interfère sur l'autre ou les autres, gênant ainsi l'écoute sur les autres canaux». En clair, si l'on comprend bien, M. Medelci admet que la parole de l'UE n'est pas très claire et qu'il y a des voix qui interfèrent et brouillent le message… Mais il ne faut pas le dire clairement, d'où la diaphonie.

Le chef de la diplomatie algérienne, en abordant les aspects économiques de l'accord d'association - qui déçoivent aussi bien les patrons algériens que les experts - n'a pas fait dans la diaphonie par rapport à ses pairs en charge de l'économie… Il a fait dans l'atténuation, dans la réduction du volume pour rester dans le domaine du son et de la phonie.

Le tympan de Moratinos n'a pas souffert

Moratinos avait donc de bonnes raisons de ne pas sentir ses tympans souffrir. En écoutant son homologue algérien, il a compris que «l'Algérie demande uniquement une plus grande implication européenne, et ne dit nullement que l'UE ne fait pas bien les choses. Elle révèle qu'elle pourrait faire davantage, et ça, dans tous les dossiers, qu'ils soient économiques ou financiers, en prenant en compte les interrogations, les positions et sensibilité algériennes, et aussi en ce qui concerne des questions de la dimension humaine». Ah, ces diplomates, ils sont incorrigibles… !      Mais on sait quand même que l'Algérie a mis l'accent sur ces IDE européens qui ne sont pas venus avec l'accord d'association. L'accord d'association devait être un «catalyseur pour le développement des investissements directs européens en Algérie. Force est de constater que cinq années après son entrée en vigueur, l'accord d'association n'a pas eu encore l'effet d'entraînement attendu », a constaté sobrement M. Medelci. Par contre, le démantèlement tarifaire a couté 2,5 milliards dollars et il pourrait couter encore davantage dans les prochaines années.

Voilà, dites en fréquence plus douce, les raisons de désappointement général en Algérie à l'égard de l'accord d'association. Les discussions sur la révision du calendrier du démantèlement tarifaire vont commencer lorsque l'Algérie soumettra ses propositions. Sur les IDE, les Européens ont découvert un argument tardif dans les mesures d'encadrement de l'investissement étranger introduites par le gouvernement algérien à la faveur de la LFC 2009. Il en sera nécessairement question dans les discussions entre Alger et Bruxelles. Et dans ce domaine, l'Europe ne fait pas preuve de «diaphonie».

Source Le Quotidien d’Oran M. Saâdoune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires