Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 06:03

Le mariage reste une histoire de famille

mariage algerien

 

 

En Algérie, choisir une épouse reste encore une affaire de famille. Si beaucoup se sont mariés après une passionnante histoire d'amour, qui a commencé sur les bancs de l'amphithéâtre, ou sur un lieu du travail, nombreux alors sont ceux qui confient cette lourde "tâche" à leur mère.

En effet, un quart des Algériens se sont déclarés, selon des recherches académiques, favorables d'épouser une femme choisie par leur mère. Et dans ce cas, il s'agit tout simplement d'une cousine maternelle ou paternelle.

Selon les résultats de cette étude, ce choix n'est pas perçu comme une abdication de leur part devant la volonté maternelle, mais une préférence ou une condition pour d'autres. De ce fait, l'Algérie est parmi les premiers pays maghrébins et africains où le mariage consanguin reste encore sacré.

A ce sujet, Nadia ne s’eszst point empêchée de nous raconter sa propre histoire:

"Lorsque ma mère m'a fait part de l'intention de ma tante de venir demander ma main pour son fils, mon cousin, j'ai accepté aussitôt. J'ai trouvé en lui tout ce que je cherchais. Il est instruit et éduqué. En plus, il a un poste de travail stable. Et comme dit toujours ma mère :’’Quand tu épouses un parent même s'il te mâche, il ne t'avale pas’’.

Même si Nadia a reconnu que son mariage "ne nage pas toujours dans du bonheur", elle a reconnu qu'elle n'a pas à se plaindre aussi.

Dans ce cadre, une journée de sensibilisation sur les risques sanitaires du mariage consanguin des spécialistes ont mis en garde sur la propagation croissante des maladies résultant du mariage intra-familial.

Dr Mustapha Naiti, spécialiste des maladies internes, a révélé que les zones rurales enregistrent le pourcentage le plus élevé de ce genre de mariage, citant une étude de terrain menée par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et du développement de la recherche Forem à travers 12 wilayas, qui confirme que l'anémie, la malformation congénitale, le retard mental et la surdité sont dues à la consanguinité.

En dépit de l'émancipation de la femme (elle représente 16 % de la population active), le poids des coutumes reste encore lourd à gérer. La tradition du mariage consanguin est ancrée dans de nombreuses régions de l'Algérie.

La palme d'or revient à Tébessa

Cette recherche a dévoilé que le pourcentage du mariage intra-familial est estimé à 88 % dans la wilaya de Tébessa, suivie par Ghardaïa (56 %), Aïn Defla ( 52 %), Béjaïa (50 %), Bouira et Boumerdés (42 %), Biskra ( 34 %) , Bordj Bou-Arréridj ( 27 %) et Alger (25 %).

En effet, les spécialistes ont révélé que les mariages consanguins et les mariages tardifs sont considérés comme les plus importantes causes de la "trisomie 21".

Il est à noter que le risque d'avoir un enfant porteur de cette maladie est de un sur 2000, lorsque la maman est âgée de moins de 30 ans, il est de un sur 400, lorsque la maman a plus de 30 ans, et il est de un sur 100 pour les femmes de plus de 40 ans.

Il est à rappeler que l'Algérie enregistre plus de 25000 malades trisomiques, connus par mongoliens. Plus de 6 000 nouveaux cas sont récencés chaque année.Dans ce sillage, il est important aussi de signaler que la lutte contre les causes pouvant générer des déficiences mentales est "l'un des principaux chantiers" du ministère de la Solidarité nationale qui s'apprête à lancer un vaste programme de sensibilisation visant les citoyens.

Selon le ministre de la Solidarité nationale et de la famille, M. Said Barkat, la prise en charge précoce des enfants attardés mentaux est louable mais la prévention reste la meilleure des approches. La prévention de cette pathologie mentale est "l'affaire de toute la société", a affirmé, dans ce contexte.

Il a insisté par ailleurs sur "le rôle de l'école et de l'université dans la formation d'une génération bien au fait des risques découlant des mariages consanguins ou des grossesses tardives". Les réalités scientifiques relatives aux causes génétiques entraînant la naissance d'handicapés mentaux doivent être sérieusement prises en considération par les parents. L'implication des différentes structures de la santé dans le processus de prévention des déficiences mentales constitue "l'autre volet-clé" qu'il faut immédiatement mettre au service des parents vivant dans des conditions sociales précaires ou difficiles. Les spécialistes ont estimé important de mettre en place un mécanisme permettant un suivi médical et une prise en charge réelle des nouveaux-nés et des mamans. Il est à signaler qu'une enquête nationale sur les handicapés sera prochainement lancée par le ministère de la Solidarité nationale pour permettre l'élaboration d'une feuille de route "actualisée et efficiente" quant à la prise en charge de cette frange sociale. D'un autre côté, il a été aussi indiqué "l'urgence de la réinsertion socioprofessionnelle de tous les handicapés".

Source Les Débats Tassadit Saïli

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires