Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 07:47

La carte du marché algérien sous-utilisée

investissements-etrangers.jpg

Investissements etrangers réticents

 

Un an après la promulgation des mesures Ouyahia contenues dans la loi de finances complémentaire, les pouvoirs publics sont parvenus à réduire légèrement les importations. La facture reste néanmoins importante en raison de la composante importation significative dans les dépenses d’investissement dans le cadre du plan de relance 2005-2009. Ce qui soulève la quetion des les limites de la politique de l’offre. En particulier, l’exécution du programme d’extension des capacités des cimenteries publiques n’est toujours pas au rendez-vous. Les factures médicaments et alimentation restent également importantes en dépit des multiples unités de production de produits pharmaceutiques et d’importants investissements dans la filière agricole. Tout cela pose la question de l’efficacité des investissements et des insuffisances dans les actions de régulation de l’État.
La suppression du crédit auto n’a pas altéré l’attractivité du marché. L’Algérie reste l’un des plus importants en Afrique. Une carte sous-utilisée. Puisque la mesure Ouyahia ne s’est pas accompagnée un an après du lancement de projets d’installation d’unités d’assemblage de véhicules. Cette béance risque d’engendrer, quitte à le rappeler, une énorme frustration chez une partie des couches moyennes.
En matière d’investissements directs étrangers, on assiste à un net ralentissement en 2010. Là également, la promulgation des mesures Ouyahia ne s’est pas accompagnée d’une campagne d’explication en direction des entrepreneurs étrangers. Il faut, cependant, reconnaître qu’une disposition d’Ouyahia a permis d’empêcher la cession d’actifs d’OTH au sud-africain MTN. Mais le plus important reste à faire. La récupération des actifs d’OTH et la reconfiguration du secteur de la téléphonie mobile autour d’un pôle public national ou d’un pôle mixte public-privé national.
Le plan quinquennal 2010-2014 reste celui de tous les enjeux. Le cap est mis sur le patriotisme économique. En ce sens, le nouveau code des marchés consacre la préférence nationale. Il s’agit de savoir si cette nouvelle orientation économique à l’issue du programme quinquennal rime avec efficacité dans les dépenses, renforcement des capacités technologiques et d’expertise nationale et relance de l’outil industriel avec l’émergence de champions ou de grands groupes dans les secteurs à avantage concurrentiel ou à valeur ajoutée importante autour desquels gravitent des dizaines et des dizaines de milliers de petites et moyennes entreprises, et l’extirpation de la corruption des grands contrats publics.
On pourra alors espérer dans ce cas de figure un développement durable du pays et  une amélioration des conditions de vie de la population.

LIRE TOUT LE DOSSIER EN CLIQUANT ICI

Source Liberté Khaled R.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires