Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 07:51

Algérie - Années du service national et calcul de la pension de retraite

retraites-algeriens.jpg

 

La non-prise en compte des années du service national dans le calcul de la pension de retraite, pour les départs à la retraite proportionnelle et sans condition d’âge, continue de susciter la réaction de lecteurs. Nous tenons juste à préciser que la CNR n’a rien à voir avec le dispositif en place : elle ne fait qu’appliquer la loi. Seule la modification de cette dernière peut éventuellement satisfaire les revendications des retraités ou futurs retraités concernés. 
A la place de ces messieurs de la direction générale de la CNR, qui se cachent devant un rigorisme juridique contestable et taillé en pièces par les magistrats de la Cour suprême, pour refuser les années passées au service national à des milliers de travailleurs qui ont donné avec amour et abnégation des moments précieux de leur jeunesse à leur pays, j'aurai tout simplement honte, car leur acharnement ne se justifie pas, et les enjeux pour la CNR ne sont pas vitaux, l'Etat ayant, par ailleurs, réservé une part de la fiscalité pétrolière pour renflouer sa caisse. Il existe bel et bien de nombreux arrêts de la Cour suprême qui ont invalidé la démarche de la CNR, et les magistrats y ont bel et bien invalidé la démarche de cette caisse. Il y a bien eu gain de cause dans ce domaine de certains retraités injustement lésés et certaines agences de wilayas ont obtempéré aux injonctions de la justice. Donner l'exemple de la cassation contre un arrêt de la cour d'Adrar, qui aurait été invalidé par la Cour suprême, sans en expliciter les attendus, relèverait de la manipulation, et il me paraît peu probable que la Cour suprême puisse se déjuger sur cette question, d'une affaire à une autre, autrement dit, il y aurait une justice à deux vitesses !
Lever cette restriction 
Enfin, les gestionnaires de la CNR doivent bien comprendre que ce sont les cotisations de ces travailleurs malmenés à la fin de leur vie par une interprétation restrictive de la loi sur la retraite proportionnelle qui ont permis le versement de leurs salaires, tout comme le permettent les cotisations de ceux qui travaillent encore et cotisent, et qui peutêtre un jour se verront amputés de leurs droits en matière de retraite. Aussi, et à ce titre, une gestion juste et honnête du système de retraite proportionnelle aurait pu déboucher sur une initiative de lever cette restriction de façon claire et sans équivoque, aux lieu et place d'une tergiversation sur le contenu de la loi suscitée. 
Source Le Soir d’Algérie Ahcène Kaghouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires