Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 04:39

L’annonce sera faite très prochainement. Probablement, aujourd’hui ou au plus tard au début de la semaine prochaine.

Ouyahia

 

Le changement ou un remaniement du gouvernement est imminent. C’est ce qu’on apprend de sources sûres.

Il était temps. Les Algériens attendent avec impatience le changement du gouvernement. Annoncé plusieurs fois en diverses occasions, il n’en fut rien. Le chef de l’Etat a pris tout son temps pour composer l’équipe gouvernementale qui conduira les affaires du pays.

Il est annoncé un remaniement imminent du gouvernement. Il était temps si cela se traduit dans les faits. Il était annoncé depuis les élections législatives du 10 mai dernier la formation d’un nouveau gouvernement qui remplacerait celui dirigé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Ou à tout le moins son remaniement. De par la tradition, il est convenu que le Premier ministre présente la démission de son gouvernement au président de la République, dès l’annonce par le Conseil constitutionnel des résultats des élections législatives, même si constitutionnellement rien n’oblige à le faire. Ahmed Ouyahia ne l’a pas fait. Le gouvernement est resté en place. Le président est resté muet.

Il n’a pas renouvelé sa confiance au Premier ministre ou mis fin à ses fonctions et nommé une autre personne pour le remplacer. Le gouvernement partira ou ne partira pas, les spéculations n’ont pas cessé d’alimenter la chronique depuis le soir de l’annonce des résultats. Annoncé par les «salons d’Alger» à l’occasion de la double commémoration de la Fête de l’indépendance et de la jeunesse, le 5 juillet, il n’en fut rien.

Ce sera après les fêtes de l’Aïd, assurent des sources. Il semble que cette fois-ci le nouvel appareil exécutif a de bonnes chances d’être installé très prochainement. On laisse entendre que c’est imminent. Le chef de l’Etat a pris tout son temps pour choisir les ministres qui composeront l’équipe gouvernementale. A-t-il pris en considération les résultats des élections législatives, là aussi rien ne l’oblige à le faire.

Et personne n’est en mesure d’avancer ce que décidera le président Bouteflika. C’est qui est sûr, c’est qu’il y aura du changement. Un changement réclamé par la classe politique et le peuple algérien et l’une des initiatives les plus attendues est ce remaniement ministériel qui a trop tardé, que beaucoup d’indices prédisent pour les tout prochains jours. Un évènement majeur est attendu, début septembre.

C’est la rentrée qui pointe du nez. Une rentrée marquée par l’incertitude pour de multiples raisons. Rentrées scolaire et universitaire, rentrée sociale sur fond de bouillonnement en raison d’un pouvoir d’achat largement laminé par l’inflation et la proximité d’échéances importantes comme les élections locales du 29 novembre, la loi de finances que le gouvernement doit présenter devant le Parlement qui, lui, reprendra du service le 3 septembre prochain.

Toutes ces échéances font que le temps n’est plus à l’attentisme, plus, il urge de se mettre au travail et le mieux, ce sera avec un nouvel exécutif qui bénéficiera d’un état de grâce, généralement accordé à la nouvelle équipe mise en place. Il est attendu que la composante du gouvernement ne connaîtra pas un grand chamboulement dans l’immédiat.

Le chef de l’Etat procédera, il est logique, à la nomination de titulaires pour les sept ministères gérés à titre intérimaire par d’actuels membres du gouvernement depuis les dernières élections législatives. Pour le reste, certains sont déjà partants Parmi eux ceux qui gèrent les départements qui ont connu des «problèmes» durant le mois de Ramadhan, particulièrement éprouvant pour les citoyens. Il s’agit particulièrement du Commerce.

D’autres sont aussi partants pour raison de santé, on parle notamment de Karim Djoudi, ministre des Finances. De nouvelles têtes vont apparaître. Il reste à savoir si elles seront puisées dans les rangs du FLN et du RND qui constituent l’alliance présidentielle.

Les autres partis politiques, notamment ceux qui siègent à l’APN ont fait savoir d’ores et déjà qu’ils ne participeront pas au prochain gouvernement. En attendant, les paris sont lancés pour le poste de Premier ministre. L’ex-ministre des Travaux Publics est donné favori. Amar Ghoul a particulièrement impressionné lors des législatives de mai dernier. L’aura qu’il a récolté auprès des électeurs sera un des ses atouts et lui servira de tremplin pour les ambitions qu’il affiche déjà.

Source Midi Libre Sadek Belhocine

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires