Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 09:49

Un député du RCD grièvement blessé dans la manifestation d’Alger

marche-Depute-RCD-agresse.jpg

 

Un député du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD – opposition) a été grièvement blessé samedi lors de la tentative de marche, réprimée par d’importantes forces de l’ordre, contre le régime dans le centre d’Alger.

Tahar Besbes a été “agressé par au moins deux policiers”, selon le chef du groupe parlementaire du RCD, Athmane Mazouz. “Il s’est retrouvé entouré par des policiers. L’un d’eux lui a donné un coup de pied au ventre et un autre au visage. Il s’est écroulé à terre et sa tête a heurté le sol”.

Selon le Dr Rafik Hassani qui se trouvait à ses côtés à l’hôpital Mustapha tout proche, M. Besbes “souffre d’un traumatisme crânien avec perte de connaissance, d’un polytraumatisme très probablement de plusieurs membres”. “Il a repris connaissance et somnole”, a-t-il ajouté.

Tahar Besbes faisait partie des manifestants qui avaient tenté d’atteindre la Place du 1er mai pour participer à une marche à 11h00 (10H00 GMT) à l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) qui devait les mener jusqu’à la Place des Martyrs, à quelque 4 km de là.

Deux autres manifestants, le secrétaire général du Snapap (Syndicat national autonome du personnel d’administration publique), Rachid Malaoui, et un sexagénaire s’étaient auparavant évanouis sous la pression exercée contre eux par l’important cordon policier. Ils ont été évacués par les pompiers, a constaté un journaliste de l’AFP.

Car d’importantes forces de sécurité et des dizaines de véhicules blindés étaient présentes depuis les toutes premières heures de la matinée et bloquaient tous les accès au lieu de rendez-vous.

Selon une source officielle, interrogée par l’AFP, “neuf unités de police avaient été mobilisées sur la place, une unité comprenant entre 90 et 120 éléments” pour cette manifestation, interdite, comme elles le sont toutes dans Alger depuis 2001. Au-dessus, tournoyait un hélicoptère

Les policiers, casqués et dotés de matraques et de boucliers, ont réussi à repousser de petits groupes de jeunes qui criaient “Algérie libre et démocratique”, “pouvoir assassin”, “le peuple veut la chute du régime”.

Certains, brandissant des cartons rouges contre le régime, se sont “retrouvés saucissonnés de manière scientifique” selon l’expression du Dr Hassani, par les forces de l’ordre dans les rues adjacentes.

A un moment donné, alors qu’ils se tournaient pour marcher -faute de mieux-, dans une autre direction, un groupe de policiers a chargé, selon des témoins.

Parmi les manifestants, figuraient le président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH), Moustapha Bouchachi, et Abdenour Ali-Yahia, 90 ans, président d’honneur de cette organisation.

Il était très difficile de déterminer le nombre de manifestants. En tout, ont noté des journalistes, ils devaient être quelque 3.000 personnes, manifestants, badauds et policiers confondus, avant de se disperser petit à petit.

Une vingtaine de jeunes gens favorables à Abdelaziz Bouteflika sont arrivés avec des portraits du président scandant: “policiers, laissez-nous en découdre avec eux”, les opposants.

A Oran, la CNCD a obtenu l’autorisation de tenir un rassemblement dans la salle Es-Saada (ex-Colisée) qui a rassemblé dans la matinée environ 150 personnes. Plusieurs orateurs se sont succédé à la tribune, dont des jeunes, avant de se séparer dans le calme, selon un correspondant de l’AFP.

Le 3 février, M. Bouteflika, au pouvoir depuis douze ans, puis jeudi dernier son Premier ministre Ahmed Ouyahia, ont fait des promesses d’ouverture, dont la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 19 ans.

La CNCD, qui regroupe des membres de la société civile, des syndicats autonomes et des formations politiques d’opposition, a été créée le 21 janvier dans la foulée des émeutes meurtrières du début de l’année qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés.

Source Nouvelobs.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

sala 20/02/2011 22:15



Selon des sources proches de la présidence de la république, le Président Bouteflika qui présidera une réunion du Conseil des
ministre, le 24,02.2011, annoncera des décisions importantes, telle la levée de l'Etat d'urgence avec effet à partir du début mars, l'ouverture du champ médiatique, l'agrément des partis
politiques conforme à la législation. D'autres décisions seront annoncées, dont un changement gouvernemental qui touchera une douzaine de portefeuille!
D'autre sources parlent même d'une annonce stratégique comme une profonde révision de la constitution donnant plus de prérogatives aux deux chambres du Parlement et des élections législatives
anticipées avant août 2011.


 
l'


Le Pèlerin 21/02/2011 09:37



Salut mon cher Sala


Tu sais je ne suis ni pro ni contre Bouteflika


Au début de mon premier retour en Algérie j'étais plutôt pour...J'avais l'impression qu'il redonnait à l'Algérie une dignité
perdue


….Et puis avec le temps la corruption une administration omni présente...le bridage de toutes les bonnes volontés....


Une administration des plus lourde et des plus complexe au monde m'ont un peu déçu


Ces querelles qui n'en finissent pas ...Ces retours au passé qui empêchent de voir devant....cet attentisme...Quoi que l'on
veille faire il faut passer par l'administration il faut passer par un petit chef qui te demande du bakchich


La corruption s'est généralisée, elle a commencé en haut et qui descend jusqu'en bas


Je ne doute pas de la bonne volonté de Bouteflika de vouloir changer les choses...Mais mis à part l'armée qui reste toujours
dans l'ombre malgré son rôle majeur il y a tous ceux qui veulent que rien ne change et qui gravitent autour de lui….Lui est malade tout de même et il n’a plus l’aura qu’il avait encore il y a
quelques années


La volonté de changer doit être constante


Rien n'est inerte sur notre planète


Voilà pourquoi j'apprécie les gens qui veulent changer le cours des choses


j'ai bien compris que les gens que je soutenais parf ois....ce n'était pas ta tasse de thé....Tu sais lorsque je discute en
Algérie et à cherchell en particulier je discute avec tout le monde ...Des islamistes au RCD


Tous veulent le bonheur du pays


mais les gens sont parfois impatients ...Ils veulent tout et tout de suite


ils on t tant attendu...


Mais il y a a hantise de la deecennie noire ou rouge selon les cas ...et les possibles epressions qui donnent l'impresssion
que les algériens n'ont pas autant de courage que leurs aînés


Je souhaite bon vent à tous ceux qui militent pour un meilleur avenir et je ne doute pas que tu en fasse partie


Amicalement,


Henri


PS Tu as vu, le HAHD risque de revenir au Zioui


(Lu dans la presse ce matin)


 



Amigo 20/02/2011 17:16



 


 


Quand des journalistes écrivent avec leur cœur et laissent de côté leur cerveau, le lecteur n’a plus devant lui des informations mais
bel et bien des tracts de propagandes. Fort heureusement que nous sommes en 2011 et que les moyens de vérifier de tels écrits existent.


 


La marche ou plutôt les marches du 12 et du 19 février 2011 ont été un échec pour ses initiateurs. Au lieu de faire un bilan pour
comprendre le pourquoi de la chose et tirer les leçons de cet échec, des pseudo-politiciens versent dans le mensonge juste pour s’auto satisfaire.  C’est ce qu’on appelle UNE FUITE EN AVANT, c’est d’ailleurs une spécialité des pays du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. En effet ces pays excellent dans
l’art de transformer une défaite en victoire.  On peut citer en exemple, les Egyptiens qui sont convaincus à nos jours qu’ils ont  vaincu l’Etat hébreux en 1973 (ils fêtent ça tous les ans). Alors que n’était ce l’intervention des puissances de l’époque et de l’ONU l’armée israélienne serait
parvenue jusqu’au Caire. Itou pour le Hezbollah libanais qui reste convaincu qu’il a « brisé » Tsahal en 2006 alors que le Liban a failli être raillé de la carte. La même chose pour le
HAMAS palestinien qui reste convaincu lui aussi d’avoir battu l’armée israélienne lors du siège de Gaza, alors que tout a été rasé dans cette ville. Et il existe beaucoup d’autres
exemples.


 


Revenons à ce qui a été appelé « MARCHE » du 19 février.


 


La CNCD a décidé d’organiser une marche de la place du 1er mai à la place des martyrs. Les autorités de la
wilaya ont décrété cette marche illégale. Ils ont mis sur place un important dispositif de police qui a pu interdire (empêcher) cette marche.


 


1-     Il n’y a pas eu de marche, donc on ne peut pas parler de
marche.


 


2-     Il y a eu de petits attroupements, ils ont été dispersés par les
forces de l’ordre.


 


3-     Le nombre de ceux qui voulaient marcher n’excédé guère les deux
cents personnes. Auxquels il faudrait ajouter ceux (des islamistes) qui sont venus demander la libération de Ali Belhadj et ceux (payés ou pas) qui sont venus montrer leur hostilité à la CNCD en
général et au RCD en particulier. Ce dernier, son chef notamment est suspecté par de nombreux Algériens à tord ou à raison de rouler pour le pouvoir.


 


Les raisons de l’échec :


 


La CNCD est un fourretout, elle comprend des militants des droits de l’homme, des syndicalistes, des politiques et des
pseudos politiques (opportunistes). Elle n’a aucun objectif clair, chacun veut être leader et chacun vise ses propres intérêts. Déjà à la veille de la « marche » les membres de la CNCD
avaient demandé au RCD de s’effacer et d’éviter d’occuper seul la scène médiatique. C’est révélateur de l’ambiance qui règne au sein de la CNCD.


 


Le RCD en tant que parti politique cherche à tirer profit (et c’est normal) de cette situation d’échec. Il fait le coup du député
agressé par la police et précise qu’il est dans le coma (traumatisme crânien). C’est faux, l’équipe de la protection qui l’a pris en charge (premiers soins et évacuation) a publié un communiqué
dans lequel il est précisé qu’il a été victime d’un « malaise ». En quittant l’hôpital l’après midi du 19 (samedi) le député n’a fait que démentir le communiqué du RCD et  confirmer celui de la protection civile. En effet, on ne peut pas avoir un traumatisme crânien, être dans le coma vers 14h00 et quitter l’hôpital à 16h.00,
soyons sérieux !!!


 


La CNCD aurait du à mon avis accepter l’offre des autorités d’organiser un meeting à la coupole du 5 juillet (10.000
places) et faire d’abord un travail de sensibilisation. Si elle ne réussissait pas à rassembler 10.000 personnes, elle n’aurait qu’à revoir sa stratégie. Car celle de l’affrontement choisie par
certains membres de la coordination est rejetée par la majorité des Algériens.  


 


A mon avis les gens de la CNCD (les séniors) sont arrivés sur la scène en retard. En effet, ils voulaient récupérer



Le Pèlerin 20/02/2011 19:07



Salut Amigo,


Voilà un bout de temps que je ne t'avais pas eu


En politique il ne faut pas forcément coller à la réalité du moment mais avoir suffisamment de hauteur pour cerner tous les
tenants et aboutissants de l'affaire


Parfois pourtant il y a des imprévus...Des mouvements de foule inattendus...


Qui avait prévu en son temps la chute du mur de Berlin


Je ne plaide pas pour un parti qu'il soit de Pierre, Paul ou Jacques…Que tous vous vous donniez la main  et que vous ayez
des dirigeants qui vous permettent d'avancer et non pas regarder sa ns cesse en arrière


Je vous  souhaite  bonne chance un partage plus équitable  des richesses sans oublier qu'il faut inciter les
plus courageux à aller de l'avant...Je pense donc qu'il y a un peu plu d e place pour l'initiative privée et un peu moins de contrôle administratif des plus démobilisateurs


Je te souhaite bonne chance


Amicalement


Henri


 



Amigo 20/02/2011 16:56



 


 


Quand des journalistes écrivent avec leur cœur et laissent de côté leur cerveau, le lecteur n’a plus devant lui des informations mais
bel et bien des tracts de propagandes. Fort heureusement que nous sommes en 2011 et que les moyens de vérifier de tels écrits existent.


 


La marche ou plutôt les marches du 12 et du 19 février 2011 ont été un échec pour ses initiateurs. Au lieu de faire un bilan pour
comprendre le pourquoi de la chose et tirer les leçons de cet échec, des pseudo-politiciens versent dans le mensonge juste pour s’auto satisfaire.  C’est ce qu’on appelle UNE FUITE EN AVANT, c’est d’ailleurs une spécialité des pays du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. En effet ces pays excellent dans
l’art de transformer une défaite en victoire.  On peut citer en exemple, les Egyptiens qui sont convaincus à nos jours qu’ils ont  vaincu l’Etat hébreux en 1973 (ils fêtent ça tous les ans). Alors que n’était ce l’intervention des puissances de l’époque et de l’ONU l’armée israélienne serait
parvenue jusqu’au Caire. Itou pour le Hezbollah libanais qui reste convaincu qu’il a « brisé » Tsahal en 2006 alors que le Liban a failli être raillé de la carte. La même chose pour le
HAMAS palestinien qui reste convaincu lui aussi d’avoir battu l’armée israélienne lors du siège de Gaza, alors que tout a été rasé dans cette ville. Et il existe beaucoup d’autres
exemples.


 


Revenons à ce qui a été appelé « MARCHE » du 19 février.


 


La CNCD a décidé d’organiser une marche de la place du 1er mai à la place des martyrs. Les autorités de la
wilaya ont décrété cette marche illégale. Ils ont mis sur place un important dispositif de police qui a pu interdire (empêcher) cette marche.


 


1-     Il n’y a pas eu de marche, donc on ne peut pas parler de
marche.


 


2-     Il y a eu de petits attroupements, ils ont été dispersés par les
forces de l’ordre.


 


3-     Le nombre de ceux qui voulaient marcher n’excédé guère les deux
cents personnes. Auxquels il faudrait ajouter ceux (des islamistes) qui sont venus demander la libération de Ali Belhadj et ceux (payés ou pas) qui sont venus montrer leur hostilité à la CNCD en
général et au RCD en particulier. Ce dernier, son chef notamment est suspecté par de nombreux Algériens à tord ou à raison de rouler pour le pouvoir.


 


Les raisons de l’échec :


 


La CNCD est un fourretout, elle comprend des militants des droits de l’homme, des syndicalistes, des politiques et des
pseudos politiques (opportunistes). Elle n’a aucun objectif clair, chacun veut être leader et chacun vise ses propres intérêts. Déjà à la veille de la « marche » les membres de la CNCD
avaient demandé au RCD de s’effacer et d’éviter d’occuper seul la scène médiatique. C’est révélateur de l’ambiance qui règne au sein de la CNCD.


 


Le RCD en tant que parti politique cherche à tirer profit (et c’est normal) de cette situation d’échec. Il fait le coup du député
agressé par la police et précise qu’il est dans le coma (traumatisme crânien). C’est faux, l’équipe de la protection qui l’a pris en charge (premiers soins et évacuation) a publié un communiqué
dans lequel il est précisé qu’il a été victime d’un « malaise ». En quittant l’hôpital l’après midi du 19 (samedi) le député n’a fait que démentir le communiqué du RCD et  confirmer celui de la protection civile. En effet, on ne peut pas avoir un traumatisme crânien, être dans le coma vers 14h00 et quitter l’hôpital à 16h.00,
soyons sérieux !!!


 


La CNCD aurait du à mon avis accepter l’offre des autorités d’organiser un meeting à la coupole du 5 juillet (10.000
places) et faire d’abord un travail de sensibilisation. Si elle ne réussissait pas à rassembler 10.000 personnes, elle n’aurait qu’à revoir sa stratégie. Car celle de l’affrontement choisie par
certains membres de la coordination est rejetée par la majorité des Algériens.  


 


A mon avis les gens de la CNCD (les séniors) sont arrivés sur la scène en retard. En effet, ils voulaient récupérer



Le Pèlerin 20/02/2011 19:08



Re Salut Amigo,


Voilà un bout de temps que je ne t'avais pas eu


En politique il ne faut pas forcément coller à la réalité du moment mais avoir suffisamment de hauteur pour cerner tous les
tenants et aboutissants de l'affaire


Parfois pourtant il y a des imprévus...Des mouvements de foule inattendus...


Qui avait prévu en son temps la chute du mur de Berlin


Je ne plaide pas pour un parti qu'il soit de Pierre, Paul ou Jacques…Que tous vous vous donniez la main  et que vous ayez
des dirigeants qui vous permettent d'avancer et non pas regarder sa ns cesse en arrière


Je vous  souhaite  bonne chance un partage plus équitable  des richesses sans oublier qu'il faut inciter les
plus courageux à aller de l'avant...Je pense donc qu'il y a un peu plu d e place pour l'initiative privée et un peu moins de contrôle administratif des plus démobilisateurs


Je te souhaite bonne chance


Amicalement


Henri