Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:12

Algérie - La «révolution» du couscous aux fèves et à la viande séchée…

couscous

 

Y a-t-il des rêves qui peuvent se réaliser ? En tout cas, si le mien se concrétise, c’est tout le peuple algérien qui en profitera et pour cause. Hier soir, j’ai partagé avec ma femme et mes enfants un dîner exceptionnel.
Ce qualificatif peut paraître excessif pour le commun des mortels, mais les connaisseurs vous diront qu’il n’y a pas mieux. En fait, il s’agit ni plus ni moins que du couscous à base de sauce de fèves sèches avec de la viande séchée salée. Je me suis donné à cœur joie et rempli exagérément ma panse à tel point que je n’ai pas pu résister au sommeil qui m’envahit peu de temps après. De tels repas sont à déconseiller le soir, même s’ils donnent lieu, parfois, à de beaux rêves. A peine plongé dans un profond sommeil que je vis le présentateur du journal télévisé de vingt heures annoncer, à la surprise générale : «le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika s’adresse à la nation». L’air grave, avec une mine triste et un ton émouvant qui rappelle celui de l’oraison funèbre qu’il avait prononcée à l’enterrement du président Boumediène. «(…) Peuple algérien, tu as mené une guerre de libération durant presque huit ans, consenti un énorme sacrifice de près d’un million et demi de martyrs et des milliers de blessés et de handicapés physiques et mentaux. L’indépendance acquise, on t’a confisqué ta liberté de penser, de choisir et d’élire, en toute transparence, tes représentants pour construire, selon le testament de nos martyrs, un pays démocratique et social autrement plus fort que le pays des droits de l’Homme qui t’a soumis. «Plus grave encore, on t’a divisé, émietté et régionalisé et sous-régionalisé d’Est en Ouest, du Nord au Sud en opposant l’arabité à l’amazighité, l’arabisant au francisant, l’Arabe au Kabyle et au Mozabite, l’Est à l’Ouest, le Nord au Sud, l’islamiste au laïc. Et pour mieux accentuer les divisions, on a scindé le peuple algérien, dans les actes de la vie quotidienne, en deux familles, l’une révolutionnaire et son corollaire famille contrerévolutionnaire. On te glorifie en peuple souverain pour les besoins des élections et on fait tout le contraire pour ton émancipation et l’instauration de la démocratie sous le prétexte que tu n’es pas encore mûr. Aussi je te demande pardon pour tous les malheurs que tu as endurés. «En conséquence, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés et au nom du peuple, je prononce et décide ce qui suit quoi qu’il en coûte :
1) - Dissolution des deux chambres (Assemblée nationale et Conseil de la nation).
2) - Dissolution du gouvernement et désignation d’un nouveau gouvernement de transition, avec de larges prérogatives, composé de personnalités désignées aux postes suivants :
- M. Aït Ahmed Premier ministre.
- M. Hamrouche, ministre de la Défense nationale et des Anciens moudjahidine.
- M. Rabahi, ministre de l’Information, des Postes et des Télécommunications.
- M. Benbitour, ministre de l’Economie et des Finances.
- M. Aït Larbi, ministre de la Justice, Garde des sceaux.
- M. Ghoul, ministre des Travaux publics et de l’Habitat.
- M. Saïd Sadi, ministre de la Santé et des Affaires sociales.
- M. Boukrouh, ministre du Commerce.
- M. Ghozali, ministre des Affaires étrangères.
- M. Benflis, ministre de l’Intérieur.
- M. Mokdad Sifi, ministre de l’Energie. La liste des portefeuilles sera complétée ultérieurement. «Ce gouvernement a pour mission de transformer le paysage du pays sur tous les plans et d’organiser, avec le concours des partis et de la société civile, des élections pour une Assemblée constituante avec la naissance d’une nouvelle République algérienne.
3)- Dissolution avec effet immédiat du parti FLN et séquestration de ses biens mobiliers et immobiliers. Le sigle FLN, patrimoine national, est dorénavant interdit d’utilisation à toutes formations politiques ou sociales.
4)- Dissolution du syndicat UGTA et séquestration de ses biens mobiliers et immobiliers. Le sigle UGTA, patrimoine national, est dorénavant interdit d’utilisation à toutes les formations politiques et syndicales.
5)- Dissolution du parti RND et séquestration de ses biens mobiliers et immobiliers pour avoir été conçu dans un laboratoire de clonage, émancipé prématurément par le bourrage des urnes. La reconstitution ou la création d’un autre parti sous le sigle RND est interdite.
6)- Mise à la retraite d’office de tout le personnel militaire :
a)- Agés de plus de 55 ans.
b)- Ayant un poids de plus de quatre-vingts kg.
c)- exerçant une activité secondaire, directement ou indirectement, par le biais de sa progéniture, du conjoint ou des parents et beaux-parents.
7)- Création d’une commission nationale «Vérité, justice et amnistie» chargée de mener les investigations et les débats enregistrés et télévisés, aux heures de grande écoute, et de rédiger un livre blanc sur les événements qui s’y sont déroulés depuis le 19 mars 1962 à ce jour.
8)- Création d’une commission nationale d’authentiques anciens moudjahidine chargée :
a)- d’établir la vérité sur le nombre exact des martyrs de la révolution.
b)- de débusquer les faux moudjahidine et victimes de guerre en publiant la liste actuelle par nom, prénom, lieu de naissance et activité durant la guerre de libération de chaque pensionnaire.
c)- de faire une rétrospective des avantages abusifs accordés aux uns et aux autres. Peuple algérien, une nouvelle République est née. Au nom de tous mes prédécesseurs, je te demande pardon. Pardon à tous les martyrs. Vive l’Algérie éternelle. » C’est sur cette dernière phrase que prend fin mon rêve qui m’a plongé dans un profond sommeil suite au fameux repas de la veille.

Source Le soir d’Algérie

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires