Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 16:57
Algérie - Rideau baissé pour cause de Ramadan
Alger Absenteisme Aid El Adha 
Le mois de Ramadhan est entré dans sa deuxième se maine donnant à voir que le pays officiel vit au ralenti pour ne pas dire qu'il a carrément baissé rideau pour cause de congé. L'impression s'impose d'autant que le gouvernement est aux abonnés absents et que le chef de l'Etat tarde à entamer le cycle des auditions de ministres qui les mois de jeûne précédents donnaient l'illusion que le service de l'Etat ne s'arrêtait pas en ces périodes. Le mois de Ramadhan bien entamé révèle autre chose qui est que les promesses officielles faites qu'après flambée des prix sur les marchés inévitable à la veille et aux premiers jours du carême, il s'ensuivra une mercuriale à des prix abordables pour le consommateur. Au lieu de cela, l'inflation se poursuit dans le silence assourdissant de ceux qui ont fait ces promesses.
La léthargie dans laquelle est plongé le pays officiel, la folie qui s'est emparée des circuits commerciaux et le sourd mécontentement populaire qu'elles provoquent font réagir les partis politiques qui trouvent en cette situation matière à manifester leur existence après le repli qu'ils ont opéré suite aux frustrations qu'ils ont essuyées dans des élections législatives aux résultats humiliants pour presque tous. A l'instar du Parti des travailleurs dont la secrétaire générale Louisa Hanoune a dressé un véritable réquisitoire contre les autorités. Elle a en effet fustigé le gouvernement qu'elle estime paralysé depuis les élections législatives et dénonce le fait que cela n'affole pas outre mesure «les décideurs». Quant au département du Commerce auquel préside Mustapha Benbada à l'origine des promesses inconsidérées sur une maîtrise de la spirale inflationniste, elle l'a férocement accusé «d'exceller dans la politique du bricolage dont l'échec est total».
Le MSP de Bouguerra Soltani n'a pas été en reste dans le tir à boulets rouges contre cette même situation et d'avertir qu'elle «ne peut perdurer plus longtemps». Avertissement qui a donné prétexte à Soltani d'avancer comme solution de sortie de ce statu quo à risque dans lequel se trouve le pays, la dissolution du parlement et l'organisation de nouvelles élections législatives. Il n'y a rien d'excessif dans les analyses qui concluent que l'Algérie n'est en rien sur la voie de la sortie de crise après la mise en œuvre des réformes politiques et la tenue des élections législatives. Trois mois après ce scrutin, les changements attendus ne sont pas au rendez-vous. Pour beaucoup, il semble au contraire que ses résultats ont conforté le pouvoir dans la conviction qu'ils n'auraient plus raison d'être entrepris.
Sauf que si le pays n'a certes pas été entraîné dans le mouvement de révolte qui a entraîné des bouleversements politiques radicaux au Maghreb et au Proche-Orient, n'en est pas moins un volcan qui menace d'entrer en éruption au constat que sa patience et sa vigilance sont prises pour renoncement à ses revendications de changement. «L'exception algérienne» dont le pouvoir se gargarise n'a de chance de perdurer que si celui-ci exorcise le péril de l'embrasement en tenant son engagement d'aller à ces changements par la voie consensuelle du dialogue et de la participation des forces vives de la nation à la consécration de ces changements.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires