Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 04:46

Algérie - Contexte révolutionnaire : et décadence diplomatique

la-vie-en-algerie.jpg

C’est à travers sa diplomatie qu’on perçoit le mieux l’état de l’Algérie : un pays mal dans sa peau. Depuis une décennie, son action internationale se résume à des rendez-vous ratés, des velléités contenues, des retournements injustifiés et des initiatives inachevées.
Tout nouveau tout beau, le régime débute la décennie 2000 avec des gesticulations tous azimuts. Présent dans les forums les plus dérisoires ou dans les forums les plus selects, le pouvoir a fini par en faire une technique de promotion intérieure. Lorsque ses promesses de réconciliation, de réformes et de développement connurent la panne qui, depuis, ligote le pays, il ne lui restait que les mondanités et toasts filmés pour compenser le déficit de crédit de sa politique locale par des marques de prestige extérieur.
C’est avec la France que cette pratique des visites de courtoisie, prometteuses et stériles à la fois, a connu son usage le plus abusif : en été 2004, quatre ministres français se sont déplacés à Alger en un mois ! Auparavant, le président Chirac avait fait trois voyages en trente mois ! Avec le début du mandat Sarkozy, le chassé-croisé a repris. Ce n’est pas pour autant que les relations algéro-françaises ont avancé.
Sommet et présidence de l’Union africaine ou du Maghreb, défilé d’émirs du Moyen-Orient n’ont pas non plus fait progresser nos activités de coopération internationale. Toute cette frénésie s’est avérée d’une extraordinaire infécondité. Avec la France, la gestion de la relation consiste désormais à sauver les meubles pour ne pas hypothéquer une perspective qui n’existe pas, l’UA n’est plus qu’un forum d’indécisions, le Nepad est pratiquement enterré, l’Union du Maghreb n’existe plus depuis longtemps, les émirs ne viennent plus que pour la chasse à l’outarde. Il n’y a que les émirs du Qatar qui viennent autant à Alger qu’à El-Bayadh.
Mais ce qu’on appelle le “Printemps arabe” a constitué le révélateur le plus éloquent du déficit de crédit et d’efficacité dont souffre désormais notre position dans le concert des nations. L’Algérie, dotée d’un régime coincé entre dictature de fait et discours démocratisant, refuse de s’identifier politiquement : faute d’instruments d’évaluation du mouvement, elle court derrière des évènements.
Mais c’est la situation en Syrie qui illustre le mieux l’impossible conciliation entre un environnement dont l’évolution s’accélère et un pouvoir, en Algérie comme dans la plupart des États arabes, qui s’agrippe au passé autoritaire. C’est émouvant comme on tente désespérément de sauver Bachar al- Assad malgré lui. Dans la droite ligne d’une Ligue arabe effrayée par la pédagogie des révoltes pour le changement. La non-ingérence servant de prétexte, sans confronter ce principe aux cris du peuple syrien en révolte, qui, dans un de ses vendredis thématiques, vient d’appeler à l’intervention de la communauté internationale !
M. H.
PS : Dans sa mise au point, le ministère écrit que M. Hammouche “reprend à son compte” une information et “accuse” le secteur de la culture... Le chroniqueur a, en fait, commenté une information dont il n’est pas l’auteur et qu’il ne confirme point. D’ailleurs, le commentaire ne porte pas spécialement sur cette information, reprise au conditionnel, mais sur la pratique de malversations en général qui, malheureusement, constitue un fléau national. Il est heureux qu’il ne s’agisse que d’une fausse alerte.

Source Liberté Mustapha Hammouche

musthammouche@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires