Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 06:36

GGF et forces spéciales en alerte

ANP face aux Terroristes

Les forces de sécurité n'ont jamais cessé d'aviser leur voisin sur la menace du terrorisme à l'ombre de la montée des islamistes.

Au lendemain de l'attentat spectaculaire contre l'armée tunisienne aux monts Chaâmbi, non loin des frontières algériennes, ayant occasionné la mort de dix militaires, les médias proches du pouvoir en place n'ont pas trouvé mieux que de porter de graves accusations contre l'Algérie en tentant de lui faire porter le chapeau! D'un commun accord et volontairement, cette presse qui se distingue par ses liens étroits avec Ennahda de Ghannouchi souligne que «les auteurs derrière l'attaque de Chaâmbi, les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi sont en Algérie». L'un des pays à avoir fermement condamné cet acte terroriste le qualifie d'abject.
En cette tragique circonstance «nous adressons nos condoléances aux proches des victimes et nous exprimons notre pleine solidarité aux autorités et aux forces politiques et sociales tunisiennes dans leur lutte contre le terrorisme», avait souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangère.
Pourtant, on continue de pointer du doigt les forces de sécurité, qui n'ont jamais cessé d'aviser leur voisin sur la menace du terrorisme à l'ombre de la montée des islamistes, optant pour une coopération commune pour lutter contre ce phénomène qui semble, a priori, avoir pris racine dans un pays qui peine à retrouver sa stabilité depuis la révolution du Jasmin! Des manipulateurs, sous-traitants des officines occidentales se sont même précipités pour répandre la rumeur que les frontières entre les deux pays ont été fermées sur décision des autorités algériennes.
A qui donc profite cette intox? Pour quelles fins et dans quel intérêt? Au moment où la Tunisie s'enfonce dans l'incertitude, dans un climat explosif, alors que les manifestations contre le pouvoir en place s'amplifient davantage, les visées sournoises d'une presse à la recherche de considération, des politiciens favorables au maintien d'Ennahda au pouvoir et de certaines figures salafistes, trouvent en la circonstance l'occasion pour faire oublier à la rue le vrai problème auquel leur pays fait face. Mais cette rue qui s'est déchaînée est déterminée à faire tomber l'islamisme politique importé par la formation de Ghannouchi.
D'ailleurs, confient des sources sécuritaires, les forces de sécurité au niveau des frontières qui ont multiplié leurs opérations en dépêchant un nombre supplémentaires de militaires et en mobilisant les forces aériennes, détiennent les noms comme indiqué dans notre édition d'hier des terroristes à l'origine de cette attaque. Des investigations ayant abouti à l'arrestation d'un certain Kamel Ben Arabia, alias Lyès Abou Fida, issu d'El Oued, ont permis aux forces de sécurité d'établir une liste de terroristes libyens et tunisiens et de deux Algériens terrés dans les maquis de Chaâmbi. Un renfort impressionnant a été dépêché aux frontières, des inspections des hauts cadres militaires sont effectuées avec une mobilisation drastique de moyens matériels.
Des instructions fermes ont été adressées aux GGF et aux unités spéciales de l'Armée nationale populaire pour passer au peigne fin chaque zone dans le moindre détail. Selon nos sources, les terroristes vont certainement chercher à déplacer leur position, après leur forfait d'où le risque d'une tentative d'infiltration sur le sol national. Nos sources ajoutent que l'alerte est conjointement déclarée par les deux pays qui chacun a renforcé son dispositif. Le 20 mai de l'année en cours, le général-major Ahmed Bousteila, commandant de la Gendarmerie nationale, avait reçu à Alger, son homologue tunisien, le directeur général, commandant de la Garde nationale tunisienne, le général Mountasser Essakouhi. La rencontre s'inscrivait dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes visant à consolider et promouvoir les relations bilatérales entre les deux institutions dans le domaine de la formation et l'échange d'expérience professionnelle, d'autant que l'expérience de l'Algérie dans la lutte antiterroriste est prise en considération par les Tunisiens qui souhaitent en tirer profit.

Source L’Expression Ikram Ghioua

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires