Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 03:02
C’est ce qui est prévu dans le projet de révision constitutionnelle
point interrogation
Abdelaziz Bouteflika introduira une nouvelle fonction dans la haute hiérarchie institutionnelle du pays : le poste de vice-président. C’est ce que nous apprend une source très bien informée qui affirme que ce changement majeur sera effectif dès la prochaine révision de la Constitution.
Avec le retour à la limitation des mandats présidentiels à deux comme prévu dans la Constitution d’avant le 12 novembre 2008, la création de cette nouvelle fonction de vice-président sera l’un des changements majeurs qu’introduira Bouteflika dans la mouture finale du projet de révision de la loi fondamentale du pays qui interviendra courant 2013. «Il va sans dire qu’il s’agit là du fruit d’un consensus entre les deux grands cercles du pouvoir, à savoir la présidence, Bouteflika donc, et l’armée», explique notre source. Le même consensus entre les mêmes parties aura également abouti au choix du futur titulaire de ce nouveau poste. Selon notre source, il s’agit d’une personnalité nationale éminente ayant toujours eu à jouer des rôles de premier plan dans la vie politique nationale et qui, surtout, présente cet atout rarissime de bénéficier, à la fois, de la confiance de Abdelaziz Bouteflika et de la haute hiérarchie militaire. Un peu à l’américaine, le vice-président qui sera désigné par Bouteflika juste après la révision de la Constitution aura le rang de deuxième personnage de l’Etat et jouira d’assez larges prérogatives, nous détaille encore notre source. En plus d’assister aux réunions du Conseil des ministres, il sera placé sous l’autorité directe et exclusive du président de la République qu’il peut suppléer chaque fois que nécessaire. En cas de vacance du poste de président de la République, c’est le vice-président qui en assurera l’intérim. «L’on ignore encore la durée que la nouvelle Constitution prévoit pour cet intérim. Mais l’on peut aisément deviner l’arrière-pensée de Bouteflika dans cette affaire. En cas de départ précipité et avant la fin de son mandat, pour une raison ou une autre, l’homme aura assuré que sa succession soit organisée par quelqu’un en qui il a toute sa confiance. Ce schéma est aussi bien valable pour l’avant que pour l’après- 2014 car il ne faut exclure aucune hypothèse pour le moment.» L’autre avantage de la formule de vice-président en tout cas est le fait que son futur titulaire aura à décharger Bouteflika de plusieurs obligations liées à la fonction présidentielle, du moins les plus éprouvantes et les plus exigeantes sur le plan physique. Bouteflika, jadis une bête de travail et d’un dynamisme hors du commun, a en fait nettement allégé son agenda depuis sa lourde maladie de novembre 2005, pour réduire ses activités au strict minimum.
Source Le Soir d’Algérie Kamel Amarni
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires